Crier dans le désert

"Cette homélie provient du site: lhomeliedudimanche.fr"

Crier dans le désert

 

Homélie du 2° dimanche de l'Avent / Année CJean
08/12/2013

 

En français, l'expression n'est guère encourageante. Celui qui crie dans le désert a la désagréable impression que personne ne l'écoute, que son cri n'est pas entendu, et donc que son action est aussi stérile que le désert auquel finalement il s'adresse. Sans aucun doute, crier dans le désert est une expression dérivée de la Bible, et notamment de la figure de Jean-Baptiste décrite dans l'évangile de ce dimanche, mais de manière si déformée qu'elle en est arrivée à signifier à peu près l'inverse. Car Jean-Baptiste certes est dans le désert, mais son cri n'est pas stérile. Au contraire : sa prédication attire. Des foules quittent les villes pour le rejoindre au désert. Toutes les classes sociales viennent se faire baptiser - plonger - dans le Jourdain. Beaucoup écoutent la voix de ce prophète original - poils de chameau et sauterelles * - et acceptent de se convertir, de croire au pardon, d'en tirer toutes les conséquences pour eux-mêmes.

 

 « Une voix crie dans le désert ».Jean le baptiste par moya

Dans le livre d’Isaïe, cette voix annonce le retour d'exil, et c'est donc une sacrée nouvelle terriblement efficace (Is 40,3-5). Un problème de ponctuation a transformé le texte : « une voix crie : dans le désert préparez les chemins du Seigneur » en supprimant les « : ». Et après, on a oublié la force de cette voix, fasciné par l'autre force, celle du désert semblant tout engloutir dans la solitude.

D’ailleurs en hébreu, désert se dit midebar, que l'on peut traduire : hors de la parole, dabar signifiant parole ou chose, et mi signifiant "hors de" ou "à partir de". Le grec erêmos (qui a donné : érémitique) a exactement le même sens, rêma signifiant parole ou chose, et esignifiant "hors de" ou "à partir de". Jean-Baptiste affronte donc le mutisme du désert en y portant une parole forte.

Par contre, le latin desertum vient du verbe "sero" = je connecte.  Le désert évoque ainsi un lieu sans connections, sans routes. Jean-Baptiste oblige les foules qui veulent le rejoindre à tracer dans le désert une route qui mène à lui.

 Or le retour de Babylone à Jérusalem en 536 av. J.C. est un événement aussi important que le retour des juifs en Palestine après la deuxième guerre mondiale en 1948 ! La voix qui annonce ce genre d'événements est tout sauf stérile ou inefficace.

 La voie biblique qui crie dans le désert ne parle pas à un mur **.

Elle est puissante, efficace ; elle attire à elle l'humanité en quête de rédemption.

Elle ose être différente, singulière - poils de chameau et sauterelles ! - justement pour provoquer un choc salutaire.

Elle est en retrait, au désert pour obliger chacun à se déplacer de chez soi au Jourdain.

Elle ne cherche pas à plaire, mais à provoquer un mouvement : de même que vous êtes sortis de chez vous pour venir m'entendre au désert, sortez de votre ancienne vie pour pratiquer une vie droite. Quittez vos habitudes mauvaises et noyez-les dans l'eau du Jourdain, comme l'esclavage de vos ancêtres a été noyé dans la Mer Rouge en sortant d'Égypte.

 Autrement dit : dans la Bible, crier dans le désert est une mission prophétique indispensable au redressement de la vie sociale.

Les baptisés héritent de cette mission.

À eux de crier dans le désert médiatique pour appeler au respect de la vie humaine, dès sa conception, jusqu'à sa fin.

À eux de proclamer - même minoritaires - que la différence homme-femme fait partie de la dignité fondamentale de l'humanité : l'image de Dieu en nous.

À eux de prêcher à temps et à contretemps le combat pour le respect des plus petits, dans l'univers du travail notamment.

À eux de montrer publiquement la grandeur et la beauté de toute personne humaine : avec les handicapés dans l'Arche de Jean Vanier, avec les chiffonniers du Caire dans l'oeuvre de soeur Emmanuelle, avec le peuple du Quart Monde dans le mouvement ATD fondé par le père Joseph Wrézinski etc. etc.

La liste est longue de ces voix dans le désert qui finissent par toucher bien des coeurs, bien des intelligences, et provoquent des conversions, des changements de vie radicaux. Ainsi, des jeunes traders donnent quelques années de leur vie pour les plus pauvres. Des volontaires partent en Afrique ou dans nos cités pour lutter contre l'exclusion. Des grands professionnels donnent de leur temps et de leurs compétences pour imaginer d'autres entreprises, d'autres modes d'insertion, d'autres rentabilités…

 Un exemple récent parmi 100 000 : les Semaines Sociales de France.

Chaque année, des centaines de chrétiens se rassemblent autour d'un thème de société. Pendant trois jours, ils planchent ensemble sur les conversions à vivre et à proposer à nos contemporains dans le domaine social et économique. Cette année, c'était sur le thème du travail : « réinventer le travail ».

Plus de 180 ateliers réalisés en partenariat avec 52 mouvements ont été animés du 22 au 24 novembre 2013, à Lyon-Villeurbanne, Paris et Strasbourg (cf. http://www.ssf-fr.org/ssf ).

Peu relayées par les médias, les Semaines Sociales de France sont pourtant une voix qui crie dans le désert, et dont la portée se mesure année après année aux initiatives originales qui fleurissent dans le monde de la finance, de l'industrie, des services. Cette poignée de croyants peut suffire à transformer bien des entreprises. Ce petit groupe ignoré des médias porte en germe une puissance de renouveau qui étonnera le monde.

 Le message de Jean-Baptiste au désert est fort : n'ayez pas peur vous aussi de crier alors qu'au début personne ne semble vous entendre. Ne vous découragez pas d'être ignorés des grands de ce monde, des modes médiatiques et du bling-bling des people. Tenez bon en proclamant vos convictions : elles attireront ceux que la Parole de Dieu pourra bouleverser à travers vous. Ne regardez pas le vide apparent du désert qui vous entoure, mais la source d’eau vive dans laquelle plonger avec les compagnons de route qui vous sont donnés.

 Jean-Baptiste - on le sait - paiera de sa vie sa liberté de parole. Il osera reprocher haut et fort à Hérode d'avoir épousé la femme de son frère, Hérodiade. Salomé (fille de Hérodiade) se vengera en le faisant décapiter.Salomee Mais on ne fait pas taire la voix de la vérité en éliminant ses porte-parole. La force de la voix au désert est telle qu'elle démasque l'hypocrisie des puissants, qu'elle renverse les tyrans de leur trône, qu'elle redonne aux humbles le courage de ne pas se laisser dominer.

 

Chaque baptisé reçoit cette mission prophétique avec l'onction d'huile.

Qu’en faisons-nous ?

Quelle est notre voix, et dans quel désert est-elle appelée à retentir ?

 

Croyons en la puissance de cette voix, et la parole qu'elle porte pourra à travers nous convertir des foules entières à vivre une vie plus droite. Dans nos familles, nos entreprises, le quartier, des foules attendent qu'on les appelle au désert pour noyer leurs esclavages.

Ne nous dérobons pas à cette vocation prophétique, qui passe par le courage d'être différents, minoritaires, afin d'ouvrir à tous le chemin du salut.

 

 * Les poils de chameau symbolisent la solidarité de Jean-Baptiste avec les nations païennes impures, et le salut qui leur est offert. Car le chameau est un animal impur pour les juifs. Et les sauterelles renvoient sans doute aux plaies d'Égypte : un avertissement pour souligner l'urgence de la conversion avant qu'il ne soit trop tard.

 

** La langue familière dit aussi : pisser dans un violon !

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 11/10/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×