Lumière de la foi

 

Première encyclique rédigée par Benoît XVI et François.


La foi est elle un obscurantisme ?

La foi a fini par être associée à l’obscurité.

L’espace pour la foi s’ouvrait là ou la raison ne pouvait pas éclairer, là où l’homme ne pouvait plus avoir de certitudes. Alors, la foi a été comprise comme un saut dans le vide que nous accomplissons par manque de lumière, poussés par un sentiment aveugle; ou comme une lumière subjective, capable peut être de réchauffer le coeur, d’apporter une consolation privée, mais qui ne peut se proposer aux autres comme lumière objective et commune pour éclairer le chemin.

La foi n’est pas une lumière qui dissiperait toutes nos ténèbres, mais la lampe qui guide nos pas dans la nuit et cela suffit pour le chemin. A l’homme qui souffre, Dieu ne donne pas un raisonnement qui explique tout, mais il offre sa réponse sous la forme d’une présence qui accompagne, d’une histoire de bien qui s’unit à chaque histoire de souffrance pour ouvrir en elle une trouée de lumière.


La foi est elle une idolâtrie ?

L’idole est un prétexte pour se placer soi même au centre de la réalité, dans l’adoration de l’oeuvre de ses propres mains. Une fois perdue l’orientation fondamentale qui donne unité à son existence, l’homme se disperse dans la multiplicité de ses désirs.

Se refusant à attendre le temps de la promesse, il se désintègre dans les mille instants de son histoire. Pour cela l’idolâtrie est toujours un polythéisme, un mouvement sans but qui va d’un seigneur à l’autre.

Croire signifie s’en remettre à un amour miséricordieux qui accueille toujours et pardonne, soutient et oriente l’existence, et qui se montre puissant dans sa capacité de redresser les déformations de notre histoire.


La foi est elle intransigeante ?

Etant la vérité d’un amour, ce n’est pas une vérité qui s’impose avec violence, ce n’est pas une vérité qui écrase l’individu. Naissant de l’amour, elle peut arriver au coeur, au centre de chaque personne. Il résulte alors clairement que la foi n’est pas intransigeante, mais elle grandit dans une cohabitation qui respecte l’autre. Le croyant n’est pas arrogant; au contraire, la vérité  le rend humble, sachant que ce n’est pas lui qui la possède mais c’est elle qui l’embrasse et le possède. Loin de se raidir, la sécurité de la foi le met en route, et rend possible le témoignage et le dialogue avec tous.


La foi divise-t-elle la société ?

Si nous ôtons la foi en Dieu de nos villes, s’affaiblira la confiance entre nous

Nous nous tiendrons unis seulement par peur et la stabilité serait menacée.

La foi éclaire la vie en société. Elle possède une lumière créative pour chaque mouvement nouveau de l’histoire, parce qu’elle situe tous les évènements en rapport avec l’origine et le destin de toute chose dans le Père qui nous aime.


Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 14/07/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site