La nouvelle arche de Noé

Gravity, la nouvelle arche de Noé ?

 

Homélie du 1° Dimanche de l’Avent / Année A
01/12/2013

 

Pour évoquer sa venue en ce premier dimanche de l’Avent, Jésus revient au Déluge et à l'Arche qui a permis à Noé et à sa famille d'échapper à la catastrophe.

« L'avènement du Fils de l'homme ressemblera à ce qui s'est passé à l'époque de Noé.
À cette époque, avant le déluge, on mangeait, on buvait, on se mariait, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche.
Les gens ne se sont doutés de rien, jusqu'au déluge qui les a tous engloutis : tel sera aussi l'avènement du Fils de l'homme. » (Mt 24, 37-44)

Le dernier film d’Alfonso Cuarón, Gravity, peut nous aider à revisiter cette image de l'Arche de Noé, transposée dans notre monde moderne, technique, scientifique et individualiste.

Vous connaissez sans doute le scénario de ce blockbuster. Un vaisseau spatial américain Explorer est désintégré dans une pluie de débris provenant d'autres satellites. Deux astronautes seulement en réchappent, expulsés dans l'espace (Matt Kowalski = George Clooney, et la scientifique Ryan Stone = Sandra Bullock) 1. Pour survivre, ils se déplacent vers une station internationale, mais l'un des deux doit se sacrifier pour permettre à l'autre d'y arriver. La survivante – Ryan - seule et menacée, se réfugie dans une navette pour tenter de rejoindre une troisième station chinoise, où un vaisseau de secours pourra la ramener à terre.


Gravity 

 

On peut suivre cette aventure en la lisant au premier degré : une belle histoire de sacrifice de l’un, la volonté de survie de l'autre, des images magnifiques (surtout en 3D) de notre planète vue de l'espace.

 

La perte de repères

On peut également lire ce film au second degré.

Voilà une jeune femme qui tout d'un coup est expulsée de sa base, projetée dans un espace inconnu où très vite elle est seule, isolée. Un déluge de débris venus eux-mêmes de la destruction d'autres satellites a désintégré son univers. Triste constat : ce sont des débris insignifiants, provoqués par d'autres, qui projetés à la vitesse de rotation autour de la Terre, deviennent un déluge engloutissant tout sur son passage. Voilà déjà une interprétation novatrice du vieux thème du déluge : c'est un presque rien qui vient tout détruire ; c'est une réaction en chaîne où le mal provoqué ailleurs entraîne le déluge ici.

Soyons attentifs à ces débris qui traversent notre trajectoire : ils annoncent souvent l'effondrement qui vient.

Soyons attentifs aux réactions en chaîne qui répandent le mal comme une traînée de poudre : ces séries noires finiront un jour par nous atteindre.


 

 

La perte de repères se glisse jusque dans son prénom : Ryan est un prénom masculin, parce que son père voulait un fils au lieu d’une fille. Elle porte ce prénom d’un homme, alors que justement elle n’a plus d’homme dans sa vie, et qu’elle est mère d’une enfant décédée à l’âge de 4 ans…

 

Le déluge de Gravity est cette pluie de ‘débris’ du savoir humain qui viennent cribler la demeure transitoire des astronautes. Projetée dans l'espace, coupée de sa base, Ryan n'a plus de repères visuels, ni le repère de la gravité. Tout est littéralement sens-dessus-dessous. On se souvient d'ailleurs que le mot hébreu pour dire déluge est : maboul, tant il est vrai que l'épreuve du déluge peut rendre fou en faisant disparaître nos repères, notre gravité intérieure.

 

Il est des catastrophes personnelles et collectives qui produisent cet effet-là.

Les familles juives expulsées hors de chez elles et projetées dans l'horreur de la Shoah étaient dans cet état d'esprit d'apesanteur morale et spirituelle.

La pluie de débris peut prendre la figure d'un divorce : séparation nourrie de ces multitudes d'impacts relationnels où le couple est passé au crible de ce qui justement le crible de partout.

C'est également un licenciement où explose la fragile sécurité d'un toit, d'un équilibre de vie.

Ou bien le coup de tonnerre d'un cancer dépisté trop tard, où l'on anticipe la fin sûrement très proche...

Bref, les déluges d'aujourd'hui sont aussi puissants que celui qui a submergé le monde de Noé ou la station spatiale de Gravity.

 

Face au déluge, où est l’arche ?

Pour Noé c'est ce vaisseau de bois qui va lui permettre de sauver sa famille, 8 personnes au total, car 8 et le chiffre de la résurrection (cf. 1P 3,20 ; 2P 2,5).

Pour Gravity, c'est le module de la station internationale, puis la capsule de retour sur Terre de la station chinoise. Mais là, individualisme moderne oblige, Ryan est la seule rescapée. Et elle n'inaugure pas un monde nouveau (ce que fait Noé) mais le retour à la bonne vieille Terre, au bon vieux plancher des vaches qu'elle étreint de ses mains en réalisant enfin qu’elle est sauvée.

L’Avent est pour les chrétiens l'interdiction de revenir à l'ancien monde, « l'ardente obligation » 2 de quitter ce monde-ci pour accueillir un monde nouveau. La venue du Christ à la fin des temps ne sera pas la restauration de notre univers enfin corrigé de ses imperfections, mais la création d'une autre réalité où « Dieu sera tout en tous » (1Co 15,28).


 

 

Qu'est-ce qui permet de survivre quand le déluge s'abat sur vous ?

Dans la Genèse, c'est la foi qui donne à Noé de construire l'arche malgré les railleries de ses contemporains. C'est la foi qui lui donne le courage d'être minoritaire. C'est la foi qui lui donne la patience d'attendre 40 jours et 40 nuits, les plus longues de son existence, pour constater enfin la décrue des eaux du déluge.

Dans Gravity, c'est d'abord le déplacement qui sauve Ryan. Elle accepte de se laisser traîner par Matt vers un autre coin de l'espace, où la station internationale sera un relais. Quand on a perdu tous ses repères, quand on est  coupé de sa base, quand son univers familier s'est désintégré sous ses yeux, alors on est prêt à aller ailleurs, prêts à tout quitter puisqu'il ne reste plus rien qui tienne encore debout. Ce déplacement, ce dépaysement est salutaire. C'est ce qui permet de trouver une autre source d'oxygène, un autre véhicule pour atterrir enfin. Le russe, le chinois : autant de langues inconnues que Ryan devra traverser pour quand même arriver à maîtriser son vaisseau.

 

De manière touchante, dans Gravity interviennent également d'autres facteurs de salut pour tenir bon après le déluge :

 

- l'aide d'un compagnon de route - ou plutôt d'espace ici - qui peut aller jusqu'à se sacrifier pour m'offrir de survivre.

 

- le souvenir de sa petite-fille de quatre ans - Sarah - morte à la suite d'un bête accident domestique, un de ces débris qui causent des catastrophes sur Terre. C'est dans la fidélité à sa fille que sa mère veut survivre malgré tout. On se bat toujours pour ceux qu'on aime, même s'ils ne sont plus là.

Noé se battait pour sa famille, nouvelle génération du monde d'après. Ryan se bat pour elle-même, pour que son compagnon d'espace ne soit pas mort en vain. Elle s'appuie en même temps sur la mémoire de son enfant morte pour ne pas se laisser engloutir par le désespoir.

 

Un moment donné, elle est dans sa capsule : plus de carburant, l'oxygène baisse dangereusement. Recroquevillée sur elle-même, seule au monde, elle est tentée par  cette pente dépressive qui guette tous ceux qui n'en peuvent plus tellement le déluge dure : elle commence à se laisser mourir, asphyxiée, abandonnée... C'est alors un rêve étrange, où Matt vient lui expliquer la manoeuvre à suivre, qui va la tirer de sa torpeur suicidaire. Une version sécularisée en somme de la colombe de Noé où le rameau d'olivier se change en rétropropulseurs d'atterrissage... L'intérêt est le message commun : porter attention aux signes de renouveau (le rameau d'olivier), aux possibilités de redémarrage (les propulseurs) est l'antidote à la dépression qu'engendre l'après-déluge.


 

 

- Ryan n'a pas appris à prier. Elle aimerait pouvoir compter sur cette force-là à ce moment de sa vie, mais n'a ni les mots ni les gestes. La tradition spirituelle dit pourtant que le désir de la prière vaut mieux que la prière elle-même. Le regard de Ryan se porte sur l'icône de saint Christophe posée sur le tableau de bord russe, puis sur le Bouddha qui trône au-dessus du panneau chinois. Nul doute que cet appel à la prière sous la forme d'un autel pour Noé, d'un rêve pour Jacob, d'une icône pour Ryan est un fil rouge pour tenir bon jusqu'à la fin de l'épreuve.

 Gravity n'est évidemment pas une oeuvre théologique.

Lorsque le Christ déchiffre sa venue comme un nouveau déluge, il va infiniment plus loin qu'un bon film de science-fiction. Et Gravity comporte bien des défauts (très américains d'ailleurs : par exemple les clichés sur la vodka, les raquettes de ping-pong etc.). On regrette qu'il n'ait pas la force de 2001 : L'odyssée de l'espace de Stanley Kubrick. Mais il y a dans ce film assez d'interrogations sur nos déluges d'aujourd'hui pour nous aider à entrer en Avent avec sagesse.

 Lorsque viendra la pluie de ‘débris’ qui va ruiner votre équilibre actuel, souvenez-vous de Noé et de son arche, de Ryan et de sa volonté de survivre.

La fin de l'épreuve sera le début d'un monde nouveau.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site