<<Laisse faire>>

« Laisse faire » : éloge du non-agir

 Homélie pour la fête du Baptême du Seigneur / Année A

12/01/2014

 « Laisse faire ». éloge du non agir

Elle est étonnante de cette réplique du Christ à Jean-Baptiste, première parole dans sa bouche dans l'Évangile de Matthieu.

Laisse les choses se dérouler comme elles doivent se dérouler.
Non pas : ne fais rien, mais agis comme si tu n'agissais pas, comme si tu permettais seulement à ce qui doit arriver d'arriver.

 Le premier - et sans cesse - le Christ se laisse faire par l'Esprit pour aller au bout de la volonté de son Père. Jésus laisse les rencontres advenir, il n'organise rien du drame qui s'approche. Parole après parole, rencontre après rencontre, il laisse se mettre en place ce qui deviendra finalement le puzzle de sa passion.

 C’est le fil rouge des trois lectures de cette fête du Baptême du Seigneur :

- Jean-Baptiste doit renoncer à sa vision des choses pour laisser Jésus être plongé dans les eaux du Jourdain (Mt 3,13-17).

- Pierre se laisse faire par l'Esprit Saint qui le conduit jusqu'à la maison du centurion romain Corneille pour le baptiser. Jamais il n'aurait pu imaginer cela : associer un païen au même héritage que les juifs, déclarer purs tous les aliments interdits dans la cashrout juive ! (Ac 10).

- Le serviteur décrit par Isaïe est pris en main par Dieu lui-même pour accomplir à travers lui sa mission de libération. Il se laissera porter par l'Esprit de Dieu pour découvrir comment devenir « lumière des nations » (Is 42,1-7).

 

Cette doctrine du laisser-faire rejoint l'enseignement taoïste au sujet du non-agir (wu-wei).

Elle a été développée par la mystique rhénane, notamment Maître Eckhart dans son enseignement au sujet du détachement (Abgelassenheit).

Et un courant managérial aujourd'hui redécouvre cette posture fondamentale du non-agir pour dessiner les traits du servant leaderadapté au travail collaboratif.

 

Détaillons chacune de ces trois pistes qui convergent.

 

 1. Le non-agir agir taoïste

 

La notion de non- agir (wu-weioccupe une place centrale en taoïsme. À l'image de l'aïkido qui préfère utiliser la violence de l'adversaire plutôt que de créer la sienne propre, celui qui pratique le non- agir laisse advenir les événements, sans chercher à les contrarier frontalement, mais en les mettant à profit pour se laisser porter vers plus de plénitude grâce à l'énergie qu'ils véhiculent.

C’est une action au-delà de l’action, où celle-ci n’a plus besoin d’être voulue pour être efficiente (ex : quand le geste de la marche devient naturel chez l’enfant). La non-action est une action collective se réalisant ‘comme si on n’y était pour rien’, alors même qu’on y participe de manière décisive, tel un orchestre entrant en harmonie grâce à son chef, où la musique semble se produire toute seule.

Renonçant au volontarisme individuel, le disciple du non- agir va surfer sur le bien et le mal trouvés sur sa route, comme l'eau épouse le lit de la rivière sans chercher à le modifier tout de suite, ce qui finalement va profondément le transformer, mais comme sans le vouloir, naturellement, de soi-même.

" Par wu-wei, il ne faut pas entendre ne rien faire, il faut entendre qu'on laisse chaque chose se faire spontanément, de sorte à être en accord avec les lois naturelles " (Kuo Ksiang )

" C'est l'art de maîtriser les circonstances sans leur opposer de résistance ; le principe d'esquiver une force qui vient sur vous en sorte qu'elle ne puisse vous atteindre. Ainsi, celui qui connaît les lois de la vie, jamais ne s'oppose aux événements ; il en change le cours par son acceptation, son intégration, jamais par le refus. Il accepte toutes choses jusqu'à ce que, les ayant assimilées toutes, il parvienne à leur maîtrise parfaite. " (Lin Yu-tang)

 2. Le non-agir chrétien de Maître Eckhart

 

Maître Eckhart et la mystique rhénane du XIVe siècle ont entendu l'appel du Christ à « laisser faire » comme un détachement radical de ses propres oeuvres.

À l'image de Marie qui engendre le Verbe de Dieu en elle en laissant faire l'Esprit, chaque chrétien est appelé à engendrer le Christ en lui en se laissant façonner par Dieu dans la vie spirituelle. Il ne s'agit plus alors d'agir par soi-même (avec orgueil), ni même d'agir pour Dieu (ce qui est encore se substituer à lui), mais de laisser Dieu agir en soi et à travers soi.

« Dieu n’est en rien de rien tenu par leurs oeuvres et leurs dons, à moins que de bon gré il ne veuille le faire de par sa grâce et non en raison de leurs oeuvres ni en raison de leur don, car ils ne donnent rien qui soit leur et n’opèrent pas non plus à partir d’eux-mêmes, ainsi que dit Christ lui-même : ‘Sans moi vous ne pouvez rien faire’.

(...) C’est ainsi que devrait se tenir l’homme qui voudrait se trouver réceptif à la vérité suprême et vivant là sans avant et sans après et sans être entravé par toutes les oeuvres et toutes les images dont il eut jamais connaissance, dépris et libre, recevant à nouveau dans ce maintenant le don divin et l’engendrant en retour sans obstacle dans cette même lumière avec une louange de gratitude en Notre Seigneur Jésus Christ (Maître Eckhart, Sermon 1).

 

Le baptisé devient alors un authentique homme d'action, mais d'une action qu'il ne veut pas en propre, qui lui est donnée d'accomplir sans la rechercher particulièrement. Dieu agit en lui sans qu'il ait à se forcer pour accomplir l'oeuvre de Dieu.

 

« Le mont escarpé, 
Gravis-le sans agir.  
Intelligence,  
Le chemin t'emmène 
En un merveilleux désert » (Maître Eckhart , Granum Sinapis).  

 

 

3. Le non-agir managérial du servant leader

 

La figure du servant leader émerge en France après avoir été travaillée depuis une cinquantaine d'années aux USA. Pour faire court, il s'agit de passer du chef autoritaire au manager qui est au service de son équipe pour la faire grandir, pour libérer sa créativité en l'accompagnant dans ses initiatives. Cette figure du servant leader est essentielle pour mettre en oeuvre un management de type collaboratif.

 

 Rappelons brièvement les différents styles de management qu'on peut repérer en entreprise (ou même dans l'Église !).

 

 

a) Le style directif

directif.jpg

« Je décide. Vous exécutez ».

La dérive autoritaire n'est pas loin ; la passivité des salariés (ou des ouailles !) est garantie.

 

 

 

delegatif.jpgb) Le style délégatif

« Je vous transfère le problème. Vous vous débrouillez ».

Le risque est de transformer la délégation en abandon pur et simple. Le chef transfère sur ses subordonnés les tâches dont il ne veut pas ; il n'assume plus rien de leur conduite.

 

 

 c) Le style persuasif

persuasif.jpg

« Je décide. Je vous fais adhérer à ce que j'ai décidé ».

Cela fleure la manipulation du patron (ou du chef religieux) charismatique.

 

 

 

participatif.jpgd) Le style participatif

« Vous participez aux objectifs prédéfinis. »

L'apport de chacun est réel, mais au service des décisions prises en amont. Avec un brin de condescendance : « je vous donne le sens. À vous la liberté de voir comment le mettre en oeuvre. »

 

 

 

collaboratif.jpge) Le style collaboratif

« Nous construisons ensemble les objectifs et les moyens pour y arriver ».

Le responsable d'équipe doit alors arriver devant elle avec une feuille blanche : quels sont les problèmes, les défis que nous devons relever ? comment peut-on s'y prendre ? Travaillons ensemble à définir des pistes d'action.

Il ne peut ainsi lâcher prise sur sa propre vision du problème que s'il adopte la posture du servant leader : non pas faire, mais laisser-faire son équipe, ce qui demande un actif travail d'animation du débat, de régulation de la parole, de fédération des opinions diverses, de capacité à faire émerger naturellement une action de l'équipe au lieu d'imposer la sienne.

Cela ira jusqu'à définir avec son équipe les questions à se poser, les problèmes à identifier, les règles à se donner etc…

Bref, le manager qui veut travailler en mode collaboratif pratiquera un non-agir en parfaite consonance avec le laisser-faire de l'Évangile, le non-agir taoïste et le détachement de Maître Eckhart !

 Étonnant comme un concept peut s'avérer fécond lorsqu’il devient nomade...

 Appliquez le laisser-faire du baptême du Christ aux sciences du management, il faut oser ! Et pourtant, c'est une piste solide pour libérer l'autonomie, la créativité et la responsabilité des équipes (et les baptisés  en ce qui concerne le gouvernement de l'Église), pour épouser les événements professionnels et en faire émerger autre chose, non déterminé à l'avance.

 Notre Église ferait bien de s'appliquer à elle-même ce principe du laisser faire, car les gouvernements de style directif, délégatif, persuasif ou participatif y sont légion, de haut en bas d'une pyramide ecclésiale pas encore vraiment inversée...

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site