Briser la logique infernale du bouc émissaire

http://lhomeliedudimanche.unblog.fr/

Briser la logique infernale du bouc émissaire


Homélie du Dimanche des RAMEAUX 2015

Dimanche 29 Mars 2015 – Année B

cf. également :

 


 


Les multiples interprétations symboliques du dimanche des rameaux

Le tag cloud de la Passion du Christ

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?

C’est l’outrage et non pas la douleur

Il a été compté avec les pécheurs

 

Briser la logique infernale du bouc émissaire dans Communauté spirituelle Rene_girardRené Girard a mis en évidence le processus par lequel une communauté ritualise le sacrifice d’un de ses membres pour obtenir le retour de la paix. Lorsque la cohésion du clan est menacée par ce qu’il appelle la violence mimétique, c’est-à-dire la violence engendrée par la convoitise généralisée de ce que l’autre possède, par l’envie de reproduire ce qu’il est, alors on désigne une victime supposée coupable d’être la cause de cette violence, on la supprime, et de ce meurtre rituel découle un apaisement collectif, pour un temps du moins. Car le désir mimétique reprend de plus belle, et à nouveau la rivalité s’installe, avec la violence qui en découle. Dans l’Ancien testament, c’est le bouc émissaire qui est chargé de tous les péchés du peuple, et qu’on chasse au désert en disant qu’il est consacré au diable. Dans le Nouveau Testament, le Christ en personne prend la place du bouc émissaire, lui qui est l’innocent par excellence, pour que justement cette logique infernale s’arrête enfin pour de bon.

C’est bien ce qui se passe dans ce récit de la passion du Christ en ce dimanche des Rameaux. « Il vaut mieux qu’un seul homme meure pour le peuple, et que l’ensemble de la nation ne périsse pas », déclare le grand prêtre pour justifier la mise à mort de Jésus.

 

L’Evangile : la vérité sur le bouc émissaire

René Girard considère le Nouveau Testament comme un événement capital de l’histoire de l’Humanité, non pas parce qu’il marque la naissance d’une nouvelle religion (le Christianisme) mais parce qu’il met fin au scandale de la culpabilité du bouc émissaire. Jusqu’alors toutes les victimes émissaires acceptaient de se sacrifier au nom de leurs fautes ou de leurs défauts (tares). Mais voici que le Christ met un coup d’arrêt à cette logique, en jetant une lumière crue sur le mécanisme mystificateur du bouc émissaire. Non que le Sauveur refuse d’assumer son rôle de bouc émissaire, au contraire, il se laisse torturer sans protester et crucifier comme s’il était coupable, mais à la différence des autres victimes émissaires, il clame haut et fort son innocence. Jésus se présente ouvertement comme l’agneau de Dieu qu’on sacrifie sur l’autel de la violence collective (il prend sur lui « tous les péchés du monde »), sauf que sa démarche a un tout autre sens que celle des boucs émissaires classiques qui subissaient leur sort, dans la mesure où elle est annoncée comme l’ultime sacrifice, après lequel devrait régner l’ordre et la paix. En dévoilant mécanisme caché (depuis la fondation du monde) du bouc émissaire, à savoir que la victime est sacrifiée non par ce qu’elle est coupable (alibi grossier), mais parce qu’il faut un coupable, l’Evangile rend impossible son recours ultérieur. Désormais, la société devra trouver d’autres remèdes pour exorciser la violence (en l’occurrence elle s’appuiera sur le message évangélique de la non-violence). Si le Nouveau Testament marque un tournant majeur dans l’histoire de l’humanité, c’est que la gestion de la violence, à partir de cette date, prend un aspect tout différent. 
Source : http://lea.u-paris10.fr/IMG/pdf/2.le_bouc_emissaire_version_def_.pdf

 

Vieille habitude, hélas très humaine : on croit que dénicher un coupable va résoudre le problème, que le tribunal va apporter la paix, que condamner quelqu’un va sauver les autres…

Entendons-nous bien : la justice est utile. C’est la judiciarisation qui est infernale. La justice est nécessaire, mais non suffisante : elle ne pourra jamais remplacer le pardon ; elle ne peut dispenser de la miséricorde ; elle ne peut assurer la paix à elle seule.

 

Dans le « procès Jésus » que nous venons d’entendre (dans la Passion selon St Marc) Jésus n’est pas du côté des accusateurs, mais des prévenus. Pas avec les coupables en liberté, mais avec les innocents maltraités. Il refuse cette logique judiciaire où il suffirait de trouver une victime pour calmer la foule. Car il n’est pas venu pour juger le monde, mais pour le sauver.

Pas pour accuser, mais pour relever.

Alors il accepte d’être traité comme un moins-que-rien, afin que les moins-que-rien découvrent en lui un frère, un compagnon.

Il ne va pas briser la violence par la violence : en répondant par le silence à l’insulte et au crachat, le Christ va finalement libérer ses bourreaux de la violence qui est en eux…

 

1554922595 bouc dans Communauté spirituelleAujourd’hui encore, le Christ fait corps avec tous les damnés de la terre.

Il est avec ceux que les hommes condamnent injustement ;
avec ceux sur qui on crache parce qu’ils ne sont pas comme les autres ;
avec ceux qu’on tourne en dérision à cause de leur physique ou de leur origine ;
avec ceux qui sont trahis dans leur amour ou dans leur amitié comme Pierre l’a trahi ;
avec ceux que l’on roue de coups dans des agressions physiques,
avec ceux qui font les frais de la crise alors qu’ils n’y sont pour rien…

Il est même allé jusqu’à faire l’expérience ultime : se sentir abandonné,  terriblement seul : « mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

À tous ceux qui font aujourd’hui cette terrible expérience, il redit : « Courage ! Je suis passé par là. Le chemin est ouvert : si tu t’appuies sur moi, tu verras que la Croix conduit à Pâques ».

 

Voilà la grande espérance que nos rameaux vont signifier dans nos maisons.

Dieu, en Jésus l’innocent, a cassé la logique infernale de la violence et du bouc émissaire. Le mal n’aura pas le dernier mot. Ni le mal que nous subissons, ni le mal que nous infligeons à d’autres.

Dans votre vie professionnelle, familiale, ecclésiale, ne vous laissez pas entraîner du côté de ceux qui jugent et condamnent. Ne vous épuisez pas à chercher des coupables, comme si cela pouvait ramener la paix ! Brisez la logique infernale du bouc émissaire. Découvrez le Christ à vos côtés, bien souvent silencieux, souffrant avec ceux qui souffrent, miséricordieux avec ceux qui font souffrir, pour les sauver et non les condamner.

Que la Passion de cet homme vous donne de vivre votre vie passionnément, sans haine ni violence, uni à celui qui ne répond rien à ses accusateurs, mais prie son Père pour eux…

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site