Deux prénoms poiur une naissance

"Cette homélie provient du site: lhomeliedudimanche.fr"

Deux prénoms pour une naissance

 

Homélie du 4° dimanche de l’Avent / Année A
22/12/2013

 Vous souvenez-vous de la pièce de théâtre intitulée : «  Le prénom », qui a d'ailleurs inspiré un film éponyme ?

Familles et amis rassemblés attendent avec impatience des nouvelles de la grossesse de leur hôte. Mais à la question rituelle : « et vous avez choisi quel prénom ? », la réponse donnée par les parents viendra jeter le trouble. De fil en aiguille, les réactions à ce prénom révéleront les failles et les secrets cachés de ces familles apparemment unies. Il faut dire que le prénom en question n'est plus guère porté aujourd'hui ! J'avais bien un grand-père et un oncle qui s'appelaient ainsi, mais c'était avant la guerre de 39-45... Ce prénom maudit depuis, disparu de nos faire-parts de naissance, c'était... Adolphe ! Comme quoi la symbolique d'un prénom fait porter une lourde responsabilité aux parents qui l’imposent (littéralement : le posent sur) à leur bambin chéri !

 Les civilisations traditionnelles ont gardé jusqu'à aujourd'hui une dimension symbolique très prégnante dans le choix des noms et des prénoms. En Afrique, le prénom est souvent lié à un événement qui a marqué la grossesse ou la naissance (« Dieu a donné » ; « le jour de la pleine lune » etc.). On se souvient que le nom de Nelson Mandela signifie : « celui qui crée des obstacles » ; bien vu ! Ou alors c'est le nom d'un ancêtre que l'on donne à nouveau pour attirer sa bénédiction protectrice sur son descendant.

La culture biblique ne fait pas exception. Dans le peuple juif, les noms et les prénoms ont une signification. Ils invoquent le plus souvent l’alliance avec Dieu (Moïse = sauvé des eaux ; David = le bien-aimé ; Raphaël = Dieu guérit ; Élisabeth = la maison de Dieu etc.) ou bien des relations familiales (Saraï = ma princesse) ou un métier, une position sociale (Cohen = fonction sacerdotale ; Lévi = fonction lévitique etc.).

 Il est donc cohérent de donner à l'enfant de Marie un nom à la hauteur de sa mission : Jésus = Yeshoua = Dieu sauve.

Sauver de la part de Dieu est au coeur de l'identité de Jésus. Il est le Rédempteur par excellence. Le Christ Rédempteur qui ouvre les bras au sommet de la montagne surplombant la magnifique baie de Rio (Brésil) en est un beau symbole. La coupe du monde de football de 2014 nous le donnera à voir sous tous les angles. C'est parce qu'il ouvre l'intimité qui l’unit à Dieu à chacun d'entre nous que Jésus est vraiment lui-même : Sauveur, Rédempteur.

 

Rappelons que sauver n'est pas seulement sauver de quelque chose : du mal, de la mort, du péché. Sinon, ce serait un peu désespérant, voire sectaire ! Car il faudrait d'abord convaincre l'autre que tout va mal pour lui et qu'il a besoin d'un réparateur avant de lui annoncer l’Évangile. Un peu comme ces plombiers peu honnêtes qui font un diagnostic épouvantable de vos toilettes, uniquement pour vous proposer de tout changer en vous faisant - disent-ils - un prix d'ami...

Même si bien des choses vont mal dans nos sociétés limitées et donc imparfaites, ce n'est pas à partir de la diabolisation de la situation présente que le Christ a annoncé son Évangile. Non : c'est à partir des aspirations les plus profondes que chacun porte en soi. Autrement dit, ce n'est pas être sauvé du mal qui est le plus important, c'est être sauvé en vue du bien. Être sauvé, c’est entrer dans la communion d'amour trinitaire, c'est faire l'expérience que Dieu habite en nous et nous en lui. Et ça, même l'homme le plus heureux de la terre le désire.

 Le salut est finalement synonyme de divinisation : « devenir participants de la nature divine » (2P 1,4).

En cours de route, sur ce chemin de transfiguration, il y a certes le pardon pour guérir les blessures, la lutte pour être libéré du mal, mais ce ne sont que des étapes et non le but ultime.

 

 

 

Le prénom de « Sauveur » (toujours donné en Corse ou en Italie : Salvatore) traduit donc bien l'identité de Jésus. Alors pourquoi lui donner un second prénom : Emmanuel ? Car le texte précise, en accomplissement d'une prophétie d’Isaïe : « Voici que la jeune femme est enceinte, elle enfantera un fils, et on l'appellera Emmanuel, (c'est-à-dire : Dieu-avec-nous) » Is 7,10-16 (1° lecture de ce Dimanche).

Voilà donc une seconde signification : Dieu avec nous, qui vient en surimposition de la première : Dieu sauve. Comme un calque de Photoshop, ou un filigrane de billet de banque, être avec se conjugue avec le salut.

 

L'équivalence ainsi posée est simple.

Sauver suppose d'être avec.

Être avec permet d'apporter le salut.

Pas d'extériorité du salut (contrairement à l'islam), car Dieu est « plus intime à moi-même que moi-même » (saint Augustin), grâce à son Verbe devenu l'un d'entre nous.

 Voilà une piste solide pour devenir nous-mêmes un autre Christ ! Être avec ceux qui souffrent et ceux qui réussissent, ceux qui désespèrent et ceux qui rayonnent.

Impossible d'être avec tous à soi tout seul. Il y faut l'Église entière : certains sont appelés à être avec les acteurs économiques, d'autres avec les abandonnés, certains avec le monde des artistes, d'autres encore avec celui des sportifs etc.. L'important est de vivre intensément une profonde communion avec ceux vers qui nous sommes envoyés. Sans complaisance pour leurs travers, leurs compromissions, leurs arrangements douteux parfois. Mais, avec l'amour du Christ rédempteur, accueillir tout ce qu'ils portent en eux de germes de vérité, vibrer à tout ce qui les passionnent authentiquement, et à partir de là leur ouvrir « la porte de la foi » (Ac 14,27).

 

Cette équivalence est donc fondatrice : sauver ó être avec.

Puissions nous ne jamais oublier cette double implication que le Verbe de Dieu porte gravée en sa chair à travers le double prénom qui lui a été donné : Jésus‑Emmanuel.

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 11/10/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site