Entre dans la joie de ton maître

http://lhomeliedudimanche.unblog.fr/

Entre dans la joie de ton maître


Homélie du 33° Dimanche du temps ordinaire / Année A

16/11/14

 

Entre dans la joie de ton maître dans Communauté spirituelle« Je dormais et je rêvais que la vie n’était que joie.
Je m’éveillais et je vis que la vie n’est que service.
Je servis et je compris que le service est joie. »

Cette belle évocation poétique de Rabindranàth Tagore sur le lien entre la joie et le service est très célèbre. Elle a le mérite d’honorer la quête de la joie comme le rêve de toute une vie, et de ramener à la réalité de l’humble service quotidien.

La parabole des talents fait elle aussi le lien entre le service et la joie. Les serviteurs qui auront fait fructifier leur capital découvriront eux aussi que la joie est liée à ce service.

La parabole est juste un peu plus discrète – ou réaliste c’est selon – sur le moment où cette jonction joie/service sera manifeste. Ce n’est qu’à la fin – c’est-à-dire au commencement d’un monde nouveau inauguré par la deuxième venue du Christ – que la joie sera évidente. D’ici là, on ne sait pas. Les serviteurs s’activent, font leur devoir, et on ne sait pas trop ce qu’ils ressentent.

Par contre on sait que celui qui enfouit son talent vit dans la peur, et donc sans joie.

 

Servir procure-t-il la joie ?

La vision optimiste de Tagore peut se révéler fragile lorsque le serviteur d’une juste cause est persécuté, emprisonné, torturé et finalement éliminé par ceux qu’il dérange. Promettre des lendemains qui chantent et une joie facile pour inviter les hommes à devenir serviteurs peut se révéler très décevant, et frustrant. Car le service, s’il est authentique, rencontrera tôt ou tard la question des sacrifices à faire pour y être fidèle, l’énigme du mal qui se déchaîne contre ceux qui font le bien. Les vrais serviteurs rencontrent inévitablement la souffrance sur leur route, bien loin d’une joie immédiate et facile. La figure du serviteur heureux a quelque chose d’illusoire si elle ne s’affronte pas au drame du mal qui veut la détruire.

Le marathonien épuisé meurt en remplissant fidèlement son devoir de messager. Spartacus est pourchassé et crucifié pour avoir voulu servir la cause des esclaves de Rome. Jérémie vit un enfer à cause de sa qualité de prophète, serviteur de la parole de Dieu. Israël est déporté plusieurs fois dans son histoire, en lien étroit avec sa particularité de service du Nom unique. Mandela a moisi pendant près de 30 ans dans les geôles de l’apartheid. Et Jésus a incarné au plus haut point la figure du serviteur souffrant annoncé par Isaïe.

quote-i-stand-here-before-you-not-as-a-prophet-but-as-a-humble-servant-of-you-the-people-your-tireless-nelson-mandela-249552 Jésus dans Communauté spirituelle


La joie et le service ne font pas toujours bon ménage au même instant…

 

La réponse franciscaine

François d’Assise a peut-être résolu cette aporie. Avec ce qu’il appelle la « joie parfaite ». La joie parfaite franciscaine, c’est celle du serviteur fidèle, pourtant battu, méprisé et rejeté par les siens. Car il est ainsi configuré au Christ, serviteur par excellence qui est désintéressé de sa joie même.

41RTW739SEL._SY300_ joie« Quand nous arriverons à Sainte-Marie-des-Anges, ainsi trempés par la pluie et glacés par le froid, souillés de boue et tourmentés par la faim, et que nous frapperons à la porte du couvent, et que le portier viendra en colère et dira : « Qui êtes-vous ? » et que nous lui répondrons : « Nous sommes deux de vos frères », et qu’il dira : « Vous ne dites pas vrai, vous êtes même deux ribauds qui allez trompant le monde et volant les aumônes des pauvres; allez-vous en » ; et quand il ne nous ouvrira pas et qu’il nous fera rester dehors dans la neige et la pluie, avec le froid et la faim, jusqu’à la nuit, alors si nous supportons avec patience, sans trouble et sans murmurer contre lui, tant d’injures et tant de cruauté et tant de rebuffades, et si nous pensons avec humilité et charité que ce portier nous connaît véritablement, et que Dieu le fait parler contre nous, ô frère Léon, écris que là est la joie parfaite.

Et si nous persistons à frapper, et qu’il sorte en colère, et qu’il nous chasse comme des vauriens importuns, avec force vilenies et soufflets en disant : « Allez-vous-en d’ici misérables petits voleurs, allez à l’hôpital, car ici vous ne mangerez ni ne logerez », si nous supportons tout cela avec patience, avec allégresse, dans un bon esprit de charité, ô frère Léon, écris que là est la joie parfaite.

Et si nous, contraints pourtant par la faim, et par le froid, et par la nuit, nous frappons encore et appelons et le supplions pour l’amour de Dieu, avec de grands gémissements, de nous ouvrir et de nous faire cependant entrer, et qu’il dise, plus irrité encore : « ceux-ci sont des vauriens importuns, et je vais les payer comme ils le méritent », et s’il sort avec un bâton noueux, et qu’il nous saisisse par le capuchon, et nous jette par terre, et nous roule dans la neige, et nous frappe de tous les nœuds de ce bâton, si tout cela nous le supportons patiemment et avec allégresse, en pensant aux souffrances du Christ béni, que nous devons supporter pour son amour, ô frère Léon, écris qu’en cela est la joie parfaite.

 

Que répondrez-vous à Bernard Pivot ?

Mais la pointe de la parabole des talents ne porte pas sur le serviteur heureux ou souffrant, bien plutôt sur la promesse faite à celui qui tiendra bon jusqu’au bout : « entre dans la joie de ton maître ».

Il y avait une question rituelle de Bernard Pivot à la fin de son émission télévisée Bouillon de culture avec des auteurs célèbres : « Si Dieu existe, qu’aimeriez-vous, après votre mort, l’entendre vous dire ? » On se souvient notamment de la réponse de François Mitterrand en 1995 : « Enfin, tu sais….». Et il complétait : «J’espère qu’il ajoutera : Sois le bienvenu ».

1995-229-221 martyr

Notre évangile répond quant à lui : « entre dans la joie de ton maître ».

À travers cette parabole le Christ fait donc une promesse : le serviteur qui développe ses talents pour les autres partage la joie divine elle-même.

Les martyrs chrétiens (rien à voir avec les soi-disant martyrs djihadistes qui sont en fait des kamikazes et non des martyrs) s’appuient sur cette promesse pour aller vers les fauves de l’arène en chantant. Ils anticipent en quelque sorte la joie promise pour qu’elle reflue sur la souffrance à traverser. Voilà une autre réponse à l’énigme du mal que la joie parfaite de François d’Assise : la joie anticipée des martyrs.

 paraboleLa bienheureuse Blandine, la dernière de tous, comme une noble mère qui, après avoir encouragé ses enfants, les a envoyés en avant victorieux vers le Roi, subissait à son tour la rigueur de tous les combats soutenus par ses enfants. Maintenant elle se hâtait de les rejoindre, heureuse et rayonnante de joie à cause de ce départ, comme si elle était conviée â un repas de noces et non pas livrée aux bêtes. Après les fouets, après les bêtes, après le gril, on finit par la jeter dans un filet et l’exposer ainsi à un taureau. Bien des fois projetée en l’air par cet animal, elle ne s’apercevait même plus de ce qui lui arrivait, absorbée qu’elle était dans l’espérance et l’attente de sa foi, et dans son entretien avec le Christ. On l’égorgea, elle aussi, et les païens eux-mêmes reconnaissaient que jamais chez eux une femme n’avait supporté autant de pareils tourments.
Lettre des chrétiens de Vienne et de Lyon à leurs frères d’Asie et de Phrygie (177)

 

Et cela est possible pour chacun de nous. Puisque c’est l’après qui fonde le présent et non l’inverse, appuyons-nous sur la joie promise pour la laisser dès maintenant transformer ce que nous avons à traverser.

Il ‘suffit’ de vivre l’instant comme étant celui de la venue du Christ pour s’entendre dire : « entre dans la joie de ton maître » (Mt 25, 14-30). Alors on comprend que les pires persécutions, les prisons et les humiliations ne peuvent finalement pas empêcher les serviteurs fidèles d’entrer dès maintenant dans la joie promise.

La liturgie est le lieu par excellence où nous pouvons ainsi nous recevoir de l’avenir. Dans l’eucharistie, nous « faisons le plein » en quelque sorte de cette joie promise pour qu’elle puisse refluer sur toute la semaine à venir. Alors la conviction de saint Paul peut nous habiter, quoi qu’il arrive : « rien ne pourra nos séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ » (Rm 8).

« Entre dans la joie de ton maître » : cette promesse ne se réalisera en plénitude que lors du retour du Christ en gloire.
Mais d’ici là, nous pouvons l’anticiper, la laisser irradier à travers nous et la laisser transformer notre présent à l’image de ce qu’elle sera enfin en Christ.

Et la voie la plus sûre pour cela est bien celle de la parabole : servir, inlassablement, en développant nos talents reçus.

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×