Qu'attendons nous de Noël ?

Est ce bien ce que l’Eglise nous propose ?

Chaque chrétien se doit de répondre à cette question !

En voyant ce qu’il tend à devenir dans notre monde, nous devons nous inquiéter. Ne nous laissons-nous pas nous-même entraîner loin du mystère véritable ?

Pour beaucoup, Noël n’est qu’une brève parenthèse dans l’existence : moment féérique permettant d’échapper un instant de la médiocrité quotidienne : fête de l’intimité familiale marquée par une atmosphère de merveilleux. Il y a la surprise des cadeaux, le scintillement de la lumière sur le sapin. Parfois encore subsiste la crèche, souvenir émouvant d’une belle histoire , Noël-rêve, rien que rêve !

De plus en plus le merveilleux, même non chrétien, disparaît. Le père Noël lui même n’est plus qu’un dérisoire distributeur de tracts pour les grands-magasins. Ce qui compte c’est la consommation. On croit pouvoir mesurer la qualité de la fête à son budget. On ne rêve plus. On bave.

Par contre en voyant approcher Noël, d’autres ont peur. Ils savent qu’ils seront déchirés par le souvenir des jours heureux, par la nostalgie d’un bonheur impossible. Pour beaucoup, la réalité ne permet aucune illusion.

 

Qu’est donc devenue la fête qui célébrait la gloire d’un pauvre de ce monde ? Pouvons nous encore en retrouver le sens ?

/p>

Pour comprendre Noël, il faut se souvenir que les textes évangéliques qui en parlent, ont été écrits après la Pâque, c’est à dire après la difficile découverte faite par les apôtres que la plénitude de la vie supposait le passage par la mort et le renoncement à leurs illusions.

Les récits concernant la naissance de Jésus sont déjà une incitation à entrer dans cette perspective.

Oui, Noël répond bien à notre attente profonde , explique Mathieu aux juifs de son temps. Mais il ne l’accomplit pas comme on voulait spontanément le penser. Le Royaume qui inaugure la naissance de Jésus est déjà une épreuve pour la foi.

La nativité, c’est la manifestation éclatante de l’amour miséricordieux de Dieu, veut faire découvrir Luc. Mais cette manifestation ne peut être accessible qu’aux pauvres, à ceux qui sont encombrés ni de leurs biens, ni d’eux même.

“le Verbe est venu chez les siens”, et les siens ne l’ont pas reçu, commentera plus tard saint Jean. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, à ceux qui croient en son nom, il leur a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu

Noël : moment merveilleux ne pouvant laisser place qu’à la désillusion amère ? Non . C’est le prologue d’une épreuve dont nous pouvons déjà percevoir la nature et l’enjeu. Saurons nous entendre et accepter l’invitation à quitter nos rêves pour entrer dans les vues de Dieu ? Si oui, mais si oui seulement, la fête deviendra source de vraie joie et de véritable espérance. Elle nous annonce que , déjà, nous possédons la vraie vie; car “Dieu-est-avec nous” (en hébreu, Emmanuel, le nom qu’ Isaï au Messie espéré)

La lumière, le repas, les cadeaux, trouveront leur vrai sens. Ils reflèteront sensiblement l’amour de Dieu répandu dans nos coeurs !

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 21/12/2018