Un Dieu de notre temps

Le Dieu que nous avons appris à connaître au cours de cette année de la Foi n'est pas un Dieu ancien. Il est bien de notre temps. C'est un Dieu avec le visage de l'amour, de la compassion et de la miséricorde, un Dieu qui nous inspire et nous donne le goût de lui ressembler toujours plus.Dmtas0430

 

C'est le Dieu de la liberté. Il nous a créé libre, responsable et Il nous aime tel que nous sommes. Il ne nous impose rien, ne veut pas que l'on soit des marionnettes télécommandées qui obéissent juste à des ordres. Il respecte notre liberté humaine et Il sait même s'effacer pour laisser libre cours à notre volonté. Notre Dieu est un Dieu libérateur de vie et de bonheur pour nous-même et pour notre entourage. Il souhaite ardemment que nos choix, librement faits, ouvrent à la paix, à l'amour et à la créativité.

 Le Dieu du bonheur, c'est un Dieu qui fait tout par amour et va jusqu'à se donner pour nous sans rien demander en échange. Ce n'est pas le Dieu de la souffrance. C'est le Dieu de la douceur, un ami fidèle qui pose sur nous son regard de tendresse. Il nous veut heureux, en paix et dans la joie. Il n'aime pas nous voir souffrir, Il n'aime pas nous voir malade, perdu(e), désespéré(e). Il est mort pour nous donner la vie et la vie en abondance.

 Dans les moments de détresse, Il nous murmure des mots qui donnent la paix. Il nous offre sa main amicale si nous avons peur, si nous sommes angoissé(e)s. Il nous assure de sa Présence, de sa Lumière sur notre route et quand le moment de quitter cette terre arrivera, Il sera là pour nous aider à traverser le chemin qui mène de la mort à la vie. Cependant Il faut que nous le désirions vraiment.

 C'est un Dieu Père et Mère qui nous a crée(e)s à son image et à sa ressemblance. Il nous a crée homme et femme. Un grand écrivain disait de Dieu qu'Il était plus mère que toutes les mères de la terre. Il nous aime avec tendresse. Il aimait caresser le visage des jeunes qu'Il rencontrait sur son chemin, Il était en admiration devant les enfants.

 C'est un Père admirable, un père qui est fier de ses enfants, un père qui ne veut que le bien des siens, un père qui prend plaisir à faire même les plus durs sacrifices pour voir son enfant rayonnant.

 C'est un Dieu solidaire. Quelqu'un qui ne se moque pas des autres mais qui est attentif à leurs moindres besoins. Cette attitude de Dieu s'est prolongée en Jésus. Il a accueilli, au-delà des préjugés Marie Madeleine, celle qu'on nommait la pécheresse, le centurion romain, les publicains et les païens qui venaient implorer des guérisons. Il avait un faible pour les pauvres, les femmes, les incroyants, les malades.

 Le Dieu solidaire ne fait aucune discrimination. Il se préoccupe des besoins de chacun, peu importe qui il est, peu importe sa religion ou sa couleur de peau. Il aime inconditionnellement tous les gens. Il veut nous libérer de nos chaînes, nous délivrer de nos péchés. Il compte sur nous pour donner un cœur et des mains à son projet d'amour qu'Il nous a proposé tout au long de cette année de la Foi.

 Dieu veut que tous et pas seulement quelques uns(unes) soient heureux(euses), que tous puissent manger à leur faim chaque jour, recevoir dignement une éducation pour, enfin, se sentir quelqu'un d'important.

 Il est sensible aux détresses multiples de tous les hommes et femmes de ce monde. Il est toujours disponible pour nous écouter. Ce n'est pas un Directeur Général toujours en réunion quand quelqu'un désire un rendez-vous. Il est une oreille attentive, un cœur de compassion et une intarissable source de réconfort et d'amour.

 C'est  un Dieu au regard profond, un Dieu au regard qui transforme. Il nous suffit de penser au regard amoureux de notre fiancé(e) qui, un jour, nous a demandé notre main. C'est un regard qui a transformé notre vie. A présent que je suis aimé(e) plus rien n'est pareil.

 A nous, Il nous demande à notre tour d'être visage d'amour, visage de Dieu pour les autres, de les regarder avec les yeux du cœur, de ne pas les juger, de pardonner leurs erreurs et de les aimer tels qu'ils sont. Ne pas essayer de les changer mais nous changer assez pour que les autres, simplement en nous regardant, aient eux-mêmes le goût de changer.

 

 

                                         

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site
Création de site Amiens