Hommage à Mandela

50 barres d'acier

Hommage à Mandela


50 barres en acier, symbolisent des barreaux d'une prison, pour ne pas oublier que Mandela a été emprisonné pendant 27 ans !

Mais en tournant un peu autour, à un angle précis, on pourra voir plus que de simples barres en acier. Regardez:

image0011111211-1.jpg






N’est ce pas stupéfiant ?

Quel hommage rendu à ce grand homme qui a su dépasser toute la rancoeur dont il aurait pu se prévaloir, pour tout ce que l’autorité en place lui a fait subir.

Au lieu de cela , il s’est fait le chantre de l’unification de son pays et a su convaincre pour dépasser l'apartheid et permettre aux citoyens peuplant ce grand pays à apprendre à vivre ensemble.

En cette période de fin de vie pour cet homme de paix, prions pour que la fin de son pèlerinage sur cette terre se fasse en toute sérénité.

TEXTe DE NELSON MANDELA

 

« J’ai toujours su qu’au plus profond du cœur de l’homme résidaient la miséricorde et la générosité. Personne ne naît haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion.
Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer, car l’amour naît plus naturellement dans le cœur de l’homme que son contraire.
Même aux pires moments de la prison, quand mes camarades et moi étions à bout, j’ai toujours aperçu une lueur d’humanité chez un des gardiens, pendant une seconde peut-être, mais cela suffisait à me rassurer et à me permettre de continuer.
La bonté de l’homme est une flamme qu’on peut cacher, mais qu’on ne peut jamais éteindre. Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, il est enfermé derrière les barreaux des préjugés et de l’étroitesse d’esprit.

Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté, tout comme je ne suis pas libre si l’on me prive de ma liberté.
L’opprimé et l’oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité. Quand j’ai franchi les portes de la prison, telle était ma mission : libérer à la fois l’opprimé et l’oppresseur. Certains disent que ce but est atteint. Mais je sais que ce n’est pas le cas.

La vérité, c’est que nous ne sommes pas encore libres ; nous avons seulement atteint la liberté d’être libres, le droit de ne pas être opprimés.
Nous n’avons pas encore fait le dernier pas de notre voyage, nous n’avons fait que le premier sur une route plus longue et difficile. Car être libre ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. La véritable épreuve pour notre attachement à la liberté vient de
commencer ».
(Nels

>

 

 

 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 19/12/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site