L'effet saumon

L'effet saumon

 Homélie du 22° dimanche du temps ordinaire / Année A

31/08/2014

 Être dans le vent : une ambition de feuille morte

Les trois lectures de ce 22° dimanche convergent : être croyant, c'est être différent ! Jérémie s'en plaint sans cesse (c'est l'origine des fameuses jérémiades) : « À longueur de journée, la parole du Seigneur attire sur moi l'injure et la moquerie. » (Jr 5, 7-9).

Il aimerait bien passer inaperçu et vivre comme tout le monde. Mais l'appel de Dieu à proclamer sa Parole fait de lui quelqu'un qui dérange, à contre-courant des opinions majoritaires.

La vocation prophétique de tout baptisé lui fera expérimenter cette condition différente dans se plaignait Jérémie. Sur bien des sujets de société, il ne pourra être d'accord avec les consensus - même démocratiques - qui régissent les opinions publiques actuelles. Annoncer la Parole, « à temps et à contretemps » (2 Ti 4,2), suscite bien des oppositions, et s'inscrit rarement dans l'air du temps.

 

Celui qui épouse son temps se retrouve bientôt veuf

 

Les vrais leaders qui ont une vision de l'avenir osent en effet ne pas s'aligner sur le comportement majoritaire. De Gaulle ne représentait qu'une poignée de Français lorsqu'il choisit de désobéir à Pétain en s'exilant à Londres en 1940. Heureusement, il a préféré être minoritaire plutôt que de continuer une carrière politique sous l'Occupation !

 

 

Israël a fait dès le début de son histoire le choix du Dieu unique, ce qui le plaçait à part à dans l'histoire des nations, naturellement polythéistes. Il a payé plusieurs fois lourdement le prix de ce choix, mais ne pas épouser l'air du temps était pour lui une condition sine qua non pour conserver son identité.

 

 

Seuls les poissons morts vont dans le sens du courant

Le conformisme est finalement é-nervant, au sens étymologique du terme. Celui qui se conforme à la pensée majoritaire risque d'y perdre sa liberté et son énergie. Si les chrétiens sont anticonformistes par nature, ce n'est pas par provocation, c'est au nom de la réalité ultime dont le Christ est le témoin, et qui nous oblige à relativiser, à critiquer, à remettre en perspective toutes les réalités avant-dernières.

Saint Paul a connu la prison, les chaînes, et finalement la décapitation à cause de ce courage anticonformiste : « Ne prenez pas pour modèle le monde présent » (Rm 12, 1-2).

 

 

 

Si Mitterrand avait attendu que l'opinion publique française soit prête, il n'aurait jamais aboli la peine de mort en 1981. C'est l'honneur d'un leader politique que d'oser, au nom de son éthique de conviction, changer une réalité sociale alors que la majorité serait plutôt conservatrice. Giscard a fait de même pour le vote à 18 ans. Ce courage politique manque singulièrement aux générations actuellement au pouvoir, depuis des années...

 

 

 

Le homing des saumons

La métaphore la plus parlante au sujet de cette posture chrétienne à contre-courant de beaucoup d'opinions majoritaires est sans doute celle des saumons.

 

 

 

Vous avez sûrement déjà vu ces images magnifiques de saumons argentés quittant le vivier de l'océan pour remonter les fleuves et rivières, jaillissant hors de l'eau, survolant les barrages, les roches et autres obstacles naturels. Ils retournent chez eux (homing), à la source, là où ils sont nés, pour à leur tour donner la vie. C'est un vrai travail, épuisant, dangereux, que de remonter ainsi le courant sur des kilomètres. Beaucoup mourront épuisés avant la fin, ou happés par un ours brun ou un grizzli, ou échoués sur un rocher.

Mais aller en sens inverse du flux est un impératif porteur de vie.

 

Les baptisés sont ces saumons d'eau vive !

On se souvient que le symbole de poissons les désigne sur les murs de catacombes des trois premiers siècles (ICTUS). Ces poissons-baptisés « ne se modèlent pas sur le monde présent » et entreprennent comme les saumons leur homing, leur remontée  à la source. La source, c'est l'Écriture, la prière, la Tradition vivante, qui leur permet de ne pas épouser l'air du temps, d'oser être différents, quitte à être minoritaires.

 Dans notre évangile (Mt 16, 21-27), Pierre semble soumis à la tentation du poisson mort qui se laisse aller au gré du courant : « Dieu t'en garde, Seigneur ! cela ne t'arrivera pas ». Il pense comme tous les juifs de son époque que le Messie sera forcément victorieux par la force. Il n'imagine pas un Messie différent, humilié, exclu, mis au rang des criminels. Jésus est obligé de lui passer un savon en public : « tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes ».

Autrement dit : ‘tu calques ton espérance sur celle des révolutionnaires zélotes qui veulent un coup d'état à la manière de Fidel Castro ; ou bien tu rêves comme les prêtres du Temple d'une gloire divine obligeant tous les hommes à se prosterner devant elle. Mon pauvre Pierre, arrête de modeler ton espérance sur les idéologies qui t’entourent. Sois libre d'accueillir l'autre manière d'être Christ que la Croix va manifester. Témoigne de ce Dieu différent au milieu des hommes. Peu importe que tu sois populaire ou non, majoritaire ou non ; l'essentiel est de témoigner de ce que tu as contemplé à la source de ta foi’.

 Résiste...

Contester les modèles dominants n'oblige pas à devenir de "tristes sires", jamais contents de ce qui est ! Discernant les « signes des temps » (Vatican II), les chrétiens se réjouissent de tout ce qu'il y a de vrai, de bon et de bien dans la culture contemporaine. Ce qui leur donne d'autant plus de liberté pour dire non sur des sujets importants où selon eux la conscience collective est aveuglée.

Nous ne sommes pas des prophètes de malheur, toujours insatisfaits. Nous sommes les témoins d'un monde nouveau qui ne demande qu'à faire irruption dans notre présent.

Les saumons qui remontent à la source témoignent tranquillement que le don et la gratuité ont toute leur place dans une économie de marché ouverte ; que le respect de la vie humaine dès sa conception est une bénédiction pour tous ; que l'espérance dans un au-delà de la mort ré-ordonne les vraies priorités d'une existence etc.

 « Résiste. Suis ton cœur qui insiste. Ce monde n'est pas le tien, viens,

bats-toi, signe et persiste. Résiste ! », chantait France Gall avec les paroles de Michel Berger.

En pratiquant leur homing à la manière des saumons, les baptisés retrouvent le courage de cette résistance à tous les conformismes d'aujourd'hui.

 Alors, foin des feuilles mortes, air du temps et autres poissons morts dérivant au gré du courant, faisons notre homing out : osons« ne pas nous modeler sur le monde présent », au nom de notre espérance.

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×