La bande des vautrés n'existera plus

"Cette homélie provient du site: lhomeliedudimanche.fr"

 www.lhomeliedudimanche.fr 

Homélie du 26° dimanche du temps ordinaire / année A

29/09/13

 « La bande des vautrés n'existera plus ».

On croirait du Mélenchon dans le texte !

Il y a une telle violence dans la dénonciation d'Amos... Il ne supporte plus les inégalités sociales qui défigurent Jérusalem huit siècles avant Jésus-Christ. Il n'en peut plus de voir se pavaner les riches dans les repas mondains en ville. Il déteste leur bling-bling soi-disant culturel (« ils improvisent au son de la harpe ; ils inventent des instruments de musique ; ils se frottent avec des parfums de luxe... »). Il clame haut et fort que ces inégalités entre riches et pauvres minent la société de l'intérieur et que - conséquence logique - tout ceci va très mal se terminer : un ennemi extérieur exploitera la faille, la ville implosera faute d'unité, et cet étalage malsain de richesses sera dispersé dans l'exil et l'esclavage à Babylone.

 

Jésus n'est pas en reste.

lepauvrelazareetlweb.gifLa parabole du riche (anonyme, car ce n'est pas avoir une identité que d'être riche) et du pauvre Lazare (lui au moins à un prénom) a les mêmes accents violents que les implications d'Amos. Violence pire encore, puisqu'elle se situe pour toujours, dans la vie éternelle (ou l'enfer éternel).

S’entêter à ne pas partager, ne pas accorder même ses miettes à celui qui crève de faim sous la table : voilà qui nous rappelle l'attitude de bien des pays développés dont le nôtre ; ou le mépris de bien des parvenus vis-à-vis des mendiants d'aujourd'hui.

L’injustice est inacceptable, insupportable pour l'ami du Christ. Les inégalités inhumaines entre ceux qui ont tout et ceux qui luttent pour survivre sont injustifiables pour qui aime Dieu.

 Il ne suffit pas de s'indigner, à la manière de Stéphane Hessel. L'indignation n'a jamais sauvé personne. Le Christ ne s'est jamais contenté d'une protestation ‑ fût-elle noble et nécessaire ‑ mais l’a toujours accompagnée d'une action efficace pour renverser la pyramide de la domination sociale. Il chasse les marchands du Temple, pardonne à l'adultère, multiplie les pains pour nourrir les foules, guérit ceux qui souffrent, sauve Zachée de sa cupidité, ouvre la porte du paradis au criminel suspendu à côté de lui etc...

La colère de Jésus devant les inégalités de son temps s'est toujours conjuguée avec une action forte, immédiate, où il s'implique tout entier. Cette parabole de Lazare est l'une de ces voies pour dépasser la seule et stérile indignation : il éduque le coeur des riches en les faisant réfléchir à leur avenir éternel ; il rend leur dignité aux Lazares couverts de plaies ; il appelle à une révolution de l'intérieur, celle où les riches se convertissent et où les pauvres ne désespèrent plus.

 La doctrine sociale de l'Église catholique n'a cessé de relayer ces appels afin d'éveiller les consciences et d'agir avec efficacité contre les grands écarts sociaux qui minent la fraternité de l'intérieur. Citons par exemple Léon XIII en 1891, qui a des accents quasi insurrectionnels :

 

« Nous sommes persuadé, et tout le monde en convient, qu'il faut, par des mesures promptes et efficaces, venir en aide aux hommes des classes inférieures, attendu qu'ils sont pour la plupart dans une situation d'infortune et de misère imméritées.

Le dernier siècle a détruit, sans rien leur substituer, les corporations anciennes qui étaient pour eux une protection. Les sentiments religieux du passé ont disparu des lois et des institutions publiques et ainsi, peu à peu, les travailleurs isolés et sans défense se sont vu, avec le temps, livrer à la merci de maîtres inhumains et à la cupidité d'une concurrence effrénée. Une usure dévorante est venue accroître encore le mal. Condamnée à plusieurs reprises par le jugement de l'Église, elle n'a cessé d'être pratiquée sous une autre forme par des hommes avides de gain et d'une insatiable cupidité. À tout cela, il faut ajouter la concentration entre les mains de quelques-uns de l'industrie et du commerce devenus le partage d'un petit nombre d'hommes opulents et de ploutocrates qui imposent ainsi un joug presque servile à l'infinie multitude des prolétaires. » (Rerum Novarum)

 

 

 Et exactement 100 ans après, Jean-Paul II faisait le bilan suivant :

« Au début de la société industrielle, c'est l'existence d'un "joug quasi servile" qui obligea mon prédécesseur à prendre la parole pour défendre l'homme. L'Église est restée fidèle à ce devoir au cours des cent ans qui se sont écoulés depuis. En effet, elle est intervenue à l'époque tumultueuse de la lutte des classes, après la première guerre mondiale, pour défendre l'homme contre l'exploitation économique et la tyrannie des systèmes totalitaires. Après la seconde guerre mondiale, elle a centré ses messages sociaux sur la dignité de la personne, insistant sur la destination universelle des biens matériels, sur un ordre social exempt d'oppression et fondé sur l'esprit de collaboration et de solidarité. Elle a sans cesse répété que la personne et la société ont besoin non seulement de ces biens mais aussi des valeurs spirituelles et religieuses. En outre, comme elle se rendait toujours mieux compte que trop d'hommes, loin de vivre dans le bien- être du monde occidental, subissent la misère des pays en voie de développement et sont dans une situation qui est encore celle du "joug quasi servile", elle s'est sentie et elle se sent obligée de dénoncer cette réalité en toute clarté et en toute franchise, bien qu'elle sache que ses appels ne seront pas toujours accueillis favorablement par tous. » (Centesimus annus n° 61)

 

Les catholiques de tous pays ont entendu ces appels ; les uns à travers le syndicalisme, les autres à travers le ‘christianisme social’ en France, ou la théologie de la libération en Amérique latine etc., d’autres encore à travers l'humanitaire, la coopération entre les peuples, les oeuvres d'urgence (mère Teresa, Emmaüs...). L'essentiel est de conjuguer la parole prophétique (« la bande des vautrés n'existera plus ») et l'action de transformation sociale. Sinon, le christianisme deviendra ‑ du moins en Europe ‑ une sympathique survivance folklorique de pratiques rituelles et de croyances magiques d'autrefois.

 « La bande des vautrés n'existera plus ».

Avant de pointer trop vite cette accusation prophétique contre les autres, prenons le temps d'examiner en quoi elle pourrait nous concerner chacun.

Il y a tant de manières d'être « vautré » aux dépens des autres !

- vautré dans son intelligence (avec pour corollaire le mépris des ‘non-intelligents’) ;

- vautré dans sa classe sociale qui finit par monopoliser toutes les amitiés, tous les engagements, les loisirs, les modes d'habitation, le point de vue de ses membres ;

- vautré dans sa religion, ce qui finit par interdire aux autres d'avoir leur part de vérité ;

- vautré dans le matérialisme ambiant au point de devenir sourd ou indifférent aux questions spirituelles etc.

Se vautrer est le symptôme d'un excès qui se termine toujours par la domination d'autrui.

 Ayons la violence d'Amos pour dénoncer ces excès, d'abord en nous, puis autour de nous.

Ayons l'espérance du Christ : Dieu renverse les puissants, il renvoie les riches les mains vides, il élève des humbles, et nous invite à le faire avec lui, pour toujours.

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 11/10/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site