Si tu savais le don de Dieu

"Cette homélie provient du site: lhomeliedudimanche.fr"

Jésus, fatigué par la route, s’était assis là au bord du puits. Il était environ midi. Arrive une femme de Samarie qui venait puiser de l’eau.

Le décor est planté : Jésus, un puits, une femme.
Nous sommes près de la terre que Jacob a donnée à son fils Joseph. Jacob y a dressé un autel et invoqué le Dieu d’Israël. Le lieu est donc chargé de tout un passé de prière et d’adoration.
Il y a là un puits. Dieu, déjà, s’était manifesté près d’un puits, à Agar, la servante humiliée fuyant devant sa maîtresse. Le Seigneur la relève en lui annonçant que l’enfant qu’elle porte sera le père d’un grand peuple. Le puits est là comme promesse d’une surabondance de vie.
Les puits sont des lieux de rencontres et aussi de préludes aux fiançailles comme pour Isaac et Rebecca.(*) La sollicitude de Rebecca puisant de l’eau pour l’étranger la désigne comme l’épouse choisie par Dieu pour Isaac. Le puits, lieu de fécondité est, de même, le signe de l’alliance conjugale, de l’échange dans l’amour où l’un puise l’eau dont l’autre a soif.
Il est midi. C’est l’heure de la rencontre amoureuse dans le Cantique des cantiques. (**) C’est l’heure de la visite de Dieu à Abraham près du chêne de mambré. C’est l’heure de la révélation divine dans tout son éclat comme le soleil brûlant de toute sa splendeur. Et cette révélation est promesse de vie quand Dieu annonce la naissance d’un fils au vieux couple stérile. (***)
Jean, avec cette mise en scène, nous invite à découvrir Jésus comme le véritable époux annoncé par les prophètes, le Seigneur, le Dieu vrai et unique.
La femme qui s’approche se sent sans doute assez loin de tout cela. Elle vient au puits comme tous les jours et si l’image nous paraît poétique, la réalité l’est sans doute moins pour elle.
Jésus, lui, est fatigué par la route. Le Fils de Dieu a voulu partager en tout notre faiblesse. Le Seigneur dont la grandeur et la magnificence dépassent notre entendement prend le visage de l’homme indigent et pauvre. Qui saura qui est le plus grand dans ce dessein de l’amour ?
Jésus fatigué, Jésus sur la route n’est-ce pas l’image de la vie humaine que Dieu a assumée dans sa totalité ? Dieu, en Jésus, se fait proche, Il vient à notre rencontre. Cela vaut peut-être la peine de s’arrêter au bord d’un puits.Fdgjl5dn56hcrb50ukxutknoti0 1
C’est en sollicitant le don, dans sa faiblesse que Jésus va inaugurer la rencontre.
Pouvons-nous imaginer que nos réalités les plus quotidiennes, voire nos corvées, sont les lieux où Jésus vient à nous ?
Pouvons-nous imaginer que nos amours déçus, ce profond de notre cœur où justement nous n’avons pas envie d’aller, c’est cela qu’il vient toucher par sa parole qui fait la vérité dans un amour d’une délicatesse infinie ?
Pouvons-nous nous imaginer nous-mêmes comme un puits où une eau vive est en train de naître quand nous nous laissons approcher ?
Il est midi, Jésus est assis près d’un puits, une femme arrive… 
Si tu savais le don de Dieu !

Jésus lui dit : « Donne-moi à boire » 
La femme lui dit : « Seigneur, donne-moi de cette eau ».

Jésus est fatigué de cette route qu’il a parcourue à ma recherche. Et me voici avec ma cruche, vide pour n’avoir pas trouvé son eau ; mais non pas désespérément vide car, la gorge altérée, j’aspire, bien que confusément, à l’improbable source. Nous sommes au puits, Lui n’a rien pour puiser. Il est seul, je suis seule ; cependant pour Jésus il y a ses frères, les Apôtres, qui vont revenir et pour moi, ma famille, mes voisins, mon milieu de vie.
Le puits est profond. Un Juif, une Samaritaine : on ne se fréquente pas, on s’ignore ! Infranchissables, les montagnes qui nous séparent : pour le peuple fidèle, le mont du Temple, où le Seigneur Lui-même vient au-devant de ses adorateurs, à mille lieues la montagne de Samarie, où le peuple déchu se perd dans les cultes qu’il rend aux idoles. Pourtant, si notre soif inassouvie, à l’un et à l’autre, pouvait être la clé de la rencontre proprement impensable !…
« Femme, donne-moi à boire. » Ainsi, Lui, le plus grand infiniment, l’inaccessible, se veut le mendiant de ma pauvreté, de mon indigence, car c’est de moi que son amour a soif. Et voici : mon amour à moi ira, je le sais, jusqu’à la Croix de Jésus, puisque mon eau est la vie du Ressuscité. J’abandonne à l’Esprit Saint la tâche, toujours à reprendre, de désencombrer mon cœur et j’offrirai à l’Aimé la joie du don.
Puisse ma vie vibrer dans la tonalité majeure de son amour désarmé.

 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 11/10/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×