La vieillesse est un naufrage ? Honore la !

"Cette homélie provient du site: lhomeliedudimanche.fr"

La vieillesse est un naufrage ? Honore la !

 

Homélie pour la fête de la Sainte famille Année A
29/12/13

 Un EHPAD : cinq lettres garantissant un certain confort pour les personnes âgées dépendantes accueillies dans cet établissement médicalisé.

 

Vieux.jpg

 

Pourtant, dès l'entrée, un saisissement submerge le visiteur. Une batterie de regards vides alignés dans leurs fauteuils roulants, autour d'une cheminée sans feu ; un silence étrange vu la vingtaine de vieilles dames rassemblées là, et qui devraient papoter à plaisir. Est-ce encore vivre que de laisser le temps s'écouler ainsi, sans autre objectif que d'atteindre le prochain repas, sans autre parole que celles qui sont enfouies, incohérentes, dans les mémoires embrouillées ?

Vous cherchez le visage de la personne que vous êtes venu visiter. Elle a l'air toute surprise alors que vous lui avez rappelé 20 fois auparavant. Au moins est-elle heureuse de cette soudaine déchirure dans la longue solitude journalière répétitive. Mais la conversation devient très vite épuisante. Quand il n'y a plus de traces du passé, quand on est incapable de se projeter plus loin que le prochain repas, il ne reste plus que le présent à explorer. Les oiseaux dans les arbres, la pluie qui va revenir, et cette légère douceur de l'air qui pourrait bien nous permettre d'aller faire une balade dehors, ce que beaucoup de pensionnaires enfermés attendent avec impatience...

 Le pire, c'est quand avec la déchirure de l'âge ressortent tous les défauts les plus graves jusque-là jugulés par l'éducation et le savoir-vivre. Rivalité, jalousie, agressivité, méchanceté les unes envers les autres... : les maisons de retraite fourmillent de ce venin d'inhumanité où l'incontinence touche également les attitudes mauvaises auparavant habilement contenues.

 

Et le pire du pire, c'est le troisième étage, l'étage des « cinglés », dont l'appellation polie de personnes désorientées ou le nom scientifique d'Alzheimer masque mal leur totale dépersonnalisation. Hébétés, à moitié déshabillés, ils errent dans les couloirs ou se terrent dans leur chambre, en donnant du Madame aux Messieurs, en ne reconnaissant plus personne, en n’ayant plus conscience du jour, de l'année, de leur dignité ni de leur identité.

 

Ressortir indemne de ces visites est impossible.

Le grand âge c'est donc cela aussi ! Pas seulement le beau vieillard adulé qu’était Nelson Mandela, ni les seniors en pleine forme de nos publicités pour happy-boomers. Mais une déchéance du corps, de l'esprit, du souffle. « La vieillesse est un naufrage » osait dire le général De Gaulle en regardant Pétain. Il visait l'errance morale du vieux maréchal. Mais le naufrage s'attaque aujourd'hui à toutes les capacités : physiques, intellectuelles, spirituelles. Nous vivons maintenant si vieux que statistiquement il y a de grandes chances que nos 10 dernières années, autour des 80-90 ans, se transforment en longue dérive dégradante.

 L'avertissement de Ben Sirac le Sage (1° lecture) résonne avec d'autant plus de violence dans ce contexte. « Soutiens ton père dans sa vieillesse. Même si son esprit l'abandonne, sois indulgent, ne le méprise pas, toi qui es en pleine force » (Si 3,2-14).

En cette fête de la Sainte Famille, voilà un devoir familial dur à entendre. Car c’est épuisant que d'accompagner ainsi des vieillards dans leur démence sénile. C'est en outre devenu si cher que bientôt notre société ne pourra plus payer pour des conditions d'accueil et de soins dignes. Allez faire un tour dans les longs séjours de nos hôpitaux, de nos hospices publics, et vous découvrirez des mouroirs qui n'ont rien à envier à ceux de Calcutta.

Pourtant, le sage nous avertit : « ne méprise pas tes vieux parents lorsque l'esprit les abandonne », sinon pourrais-tu toi-même espérer de la miséricorde pour toutes tes déchéances actuelles ou à venir ?

 C'est l’ancien commandement : « honore ton père et ta mère » que la sagesse invite à revisiter. Que veut dire : honorer ses vieux parents lorsque apparemment ils sont réduits à une survie plus ou moins animale ?

Redoutable question, qui va peser sur le débat à l'Assemblée Nationale pour les lois dites ‘de fin de vie’ : euthanasie active ou passive, suicide assisté, surcoût insupportable pour les déficits publics etc.

L'impératif catégorique demeure pour autant : « honore ton père et ta mère ».

Peut-être Jésus l'a-t-il vécu dans son enfance, confronté au grand âge, puis à la mort de son père adoptif ? Car Joseph, selon quelques traditions orales, aurait été beaucoup plus âgé que Marie, et serait mort au moment où Jésus émerge à la vie publique. Mais on ne sait rien ou presque de l'attitude de Jésus vis-à-vis des personnes âgées de son époque. Tout simplement parce que dans ce temps-là on ne vivait pas vieux !

C'est réellement une question moderne engendrée par l'allongement spectaculaire de l'espérance de vie, et de la santé qui y conduit. Difficile donc de trouver dans la Bible comment faire pour accompagner nos seniors ++ jusqu'au bout.

À nous d'inventer les chemins de respect et d'affection pour entourer nos aînés.

Ce n'est plus en prenant chez soi ses parents ou beaux-parents, comme on faisait autrefois à la ferme. Car nos appartements, nos rythmes de vie ne sont plus compatibles avec cela. Et cette cohabitation de générations engendrait bien des rancoeurs, frustrations et dominations dont nous ne voulons plus.

 Alors, que faire pour ceux dont la force et l'esprit les abandonnent ?

 

- Une première réponse se trouve du côté de la recherche scientifique.

Combattre la douleur et le handicap liés à l'âge, entretenir la motricité et l'indépendance, vaincre Alzheimer (peut-être grâce aux cellules souches) etc.... Investissons massivement dans cette recherche, de qui dépendent nos conditions de vieillesse future.

 - Une deuxième réponse se trouve du côté de l'innovation sociale. On peut imaginer des lieux de vie différent, des prises en charge à domicile alternatives, des associations mieux impliquées, des croisements intergénérationnels avec des écoles, des artistes etc. La lutte contre la solitude des personnes âgées est notamment un champ où les chrétiens ont un vrai savoir-faire (Petites Soeurs des Pauvres, conférences Saint-Vincent de Paul, service évangélique des malades etc...).

 - Une troisième réponse sera proprement spirituelle. Un sursaut de la conscience collective pour ne pas se voiler la face devant cette question de plus en plus lourde, pour aller affirmer a priori la valeur et la dignité de toute personne humaine, justement - et plus encore - lorsqu'elle n’a plus  apparence humaine à cause du grand âge.

Le Christ a fait l'expérience de devenir un rebut de l'humanité, humilié, méprisé, regardé « comme un ver » et non comme un être humain. C'était pour que les défigurés de nos sociétés trouvent en lui un compagnon de route qui rappelle à tous la vraie beauté humaine que même la démence sénile et la déchéance des années ne peuvent extirper de l'existence de chacun.

 

En fêtant la Sainte Famille, réfléchissons aux engagements personnels et collectifs à prendre pour que nos aînés ne soient pas déshonorés par la perte de leurs facultés.

« Même si son esprit l'abandonne, ne méprise pas ton père ou ta mère ».

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 11/10/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×