Le dedans vous attend dehors

Le dedans vous attend dehors

 

Homélie du 19° dimanche du temps ordinaire / Année A
09/08/2014

 

 

Nous sommes les obligés de Jésus

 Il est rare que Jésus soit obligé d'obliger ses disciples à faire quelque chose ! La plupart du temps, il sollicite leur liberté : « venez et voyez ». Même lorsqu'il leur parle à l'impératif, c'est en respectant leur réponse positive ou négative : « suis-moi », « pardonne 70 fois 7 fois » etc.

 Un ami officier de marine faisait remarquer que notre épisode de l'embarquement forcé sur le lac (Mt 14,22 et son parallèle Mc 6,45) est le seul passage des évangiles où Jésus oblige ses disciples à faire quelque chose qu'ils ne voudraient pas. « Il les obligea à monter dans la marque pour atteindre l'autre rive ».

 

 

 

De fait, le seul autre passage où apparaisse le verbe obliger dans les évangiles est la parabole des invités au festin. Le maître demande à son serviteur d'obliger les mendiants et estropiés à remplir la salle des noces (Lc 14,23).

Il n'est pas inintéressant de rapprocher ces deux seuls usages du verbe obliger dans les évangiles. Obliger les disciples à embarquer sur la mer pour traverser vers l'autre rive a quelque chose à voir avec l'obligation pour les blessés de la vie d'accepter une invitation à entrer dans la salle des noces pour le repas de mariage.

Passer sur l'autre rive et participer au repas de noces relève donc de la même obligation.

La première évoque la mort/résurrection : les eaux du lac symbolisent le mal et la mort, l'autre rive est la figure de la vie éternelle.

La deuxième évoque l'eucharistie : le repas des noces de l'agneau, auxquelles se dérobent les premiers invités (le peuple juif), finit par se remplir des païens et des « rebuts de l'humanité »  (1Co 4,13) rencontrés sur les routes de la mission chrétienne. L'eucharistie est bien cette obligation de se nourrir en cours de route vers la vie éternelle (cf. le prophète Élie : « lève-toi et mange, autrement le chemin serait trop long pour toi » 1R 19,5).

 

Mais revenons au coup de force de Jésus envers ses disciples en Mt 14,22. Les Douze n'ont aucune envie de monter dans la barque. Car ce sont des pêcheurs, des fonctionnaires et des paysans, pas des marins. Ils ont une peur bleue de l'eau (alors que le lac de Tibériade n'est qu'une petite flaque au regard de l'océan !). Le peuple d'Israël n'a jamais aimé la mer (sauf au temps du roi Salomon et de sa flotte légendaire). Elle est peuplée de monstres inquiétants comme le Léviathan. Elle est capable de tout engloutir comme au déluge. Elle se déchaîne dans des tempêtes incontrôlables, et le prophète Jonas est jeté à la mer pour calmer le vent déchaîné. Elle est le lieu des forces du mal et de la mort. D'ailleurs on voit dans notre récit que Pierre est vite effrayé dès que les vagues sont un peu formées. Piètres navigateurs, les disciples voudraient bien éviter d'embarquer avec Jésus pour une traversée du lac qui ne les rassure pas du tout !

Devant leur résistance, Jésus les oblige.

 Embarquer et traverser

 

Il les oblige à deux choses :

- monter ensemble dans la barque, c'est-à-dire faire équipage. C'est faire Église. À tel point que la barque de Pierre est devenue un symbole de l'Église et de sa traversée vers l'autre rive.

- prendre le risque de la traversée, de la navigation vers ailleurs.

Plutôt que de rester là, bien au chaud autour de Jésus qui vole de succès en succès populaire, les disciples sont obligés de se séparer de lui. Ils doivent aller là où Jésus n'est pas encore.

 

Voilà donc deux éléments de notre identité chrétienne, toujours actuels : faire Église, et risquer d’aller ailleurs, là où le Christ n'est pas explicitement présent.

 

Faire Église : la tentation moderne est bien à l'inverse. Être "chrétien sans Église" est dans le droit fil de l'individualisme contemporain. Chacun bricole sa religion en remplissant son caddie au supermarché des croyances disponibles. Mais très peu acceptent d'embarquer avec d'autres pour faire équipe, pour croire en communauté et pas tout seul.

Or qui lit le nouveau testament rencontrera l'obligation salutaire du Christ à faire équipage. Et qui lit l'Ancien Testament comprendra que faire partie du peuple de Dieu (le qahal YHWH) est essentiel à l'expérience de libération. Se rassembler à la synagogue le samedi ou à l'église le dimanche est vital : celui qui se soustrait à l'obligation de l'assemblée se perd lui-même. Cette tentation est ancienne ! L'auteur de la lettre aux hébreux les avertissait déjà : « ne délaissez pas nos assemblées... »

Aujourd'hui plus qu'hier, l'illusion de la liberté coupée de la communauté conduit à la solitude. L'isolement de la foi individuelle la transforme en une vague superstition ou en une construction purement subjective.

Monter dans la barque Église n'est pas facultatif.

Le nageur solitaire ne traversera pas l'océan.

 Le dedans vous attend dehors

Matthieu 8:24

 

Le deuxième volet de l'obligation du Christ est de traverser vers l'autre rive. Pierre y affrontera toutes ses peurs, et tous lesfantômes qui peuplent son histoire et son inconscient. Mais sur la parole de Jésus, il osera marcher sur les eaux, il osera passer sur l'autre rive.

L'autre rive, c'est bien sûr l'au-delà de la mort, dans un futur finalement assez proche pour chacun d'entre nous.

Mais l'autre rive, c'est déjà s'aventurer hors des sentiers connus, dès maintenant. Sortir de soi est la condition pour devenir soi-même.

« Le dedans vous attend dehors » : ce très beau mot de Victor Segalen dit bien que l'autre rive est nécessaire à la découverte de soi. Qui ne connaît pas le dehors ne connaît pas le dedans. En faisant traverser le lac, c'est à ce passage, cette Pâque, que Jésus oblige les disciples pour qu'ils découvrent enfin leur véritable identité et vocation.

« Je considère que ne peuvent être patriotes que ceux qui s'expatrient », affirme Régis Debray qui a parcouru le monde et ses idéologies à la recherche de lui-même. Et de fait, s’il vous est déjà arrivé d'aller habiter ailleurs, vous savez ce que cela veut dire. Immergé au milieu d'une autre culture, de traditions différentes, vous prenez conscience comme par un choc en retour de votre propre culture, de vos propres traditions. C'est par comparaison, par différence que la conscience de sa propre identité peut survenir, en dialoguant avec celles des autres. C'est alors une identité ouverte, en relation.

Tant que je ne suis pas passé sur l'autre rive, je ne sais pas qui je suis.

 Matthieu insiste d'ailleurs lourdement : il s'agit d'aller ailleurs, là où le Christ n'est pas encore allé. « Jésus oblige à ses disciples à le précéder sur l'autre rive ». Il reste seul, à l'écart, pendant que ses amis rament - au sens propre comme au sens figuré - pour traverser.

Précéder le Christ : ce serait folie de prendre ce risque si l'ordre ne venait pas de Jésus en personne ! Mais c'est bien dans l’essence de la mission chrétienne.

Certes, « le Ressuscité nous précède en Galilée » (Mc 16,7), mais il nous revient également de le précéder sur les rivages où il n'est pas encore. Ces rivages aujourd'hui ne sont plus géographiques. Ils sont culturels : le monde numérique et son interconnexion, riche de promesses et de menaces ; la mondialisation capable du meilleur et du pire ; les avancées scientifiques extraordinaires qui nous attendent en matière neuronale, robotique, informatique, biologique... C'est vers cet ailleurs que le Christ nous oblige à aller.

Sortir de chez soi, géographiquement et culturellement, est la condition indispensable pour aller vers soi.

Or cela nous fait peur, comme à Pierre. C'est pourquoi Jésus est obligé de nous obliger à nous lancer sur ces chemins d'exode.

 

L'ardente obligation de la sortie de soi fait partie de notre ADN spirituel.

Chacun y consentira selon les événements : déménagements, voyages, alliances, études, amitiés...

L'essentiel est de ne jamais être quitte avec l'obligation venant du Christ : embarquer, vers l'autre rive.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×