Les nombres au service de l'eucharistie

2, 5, 7, 12 : les nombres au service de l'eucharistie

 

Homélie du XVIII° dimanche du temps ordinaire / Année A
03/08/2014

 Après le rite juif du repas pascal (le Seder Pessah), les enfants autour de la table entonnent quelques comptines liées à la fête. Et notamment ce curieux « chant des nombres » qui est à lui seul une belle catéchèse sur la symbolique des nombres : 

 E'HOD MI YODEA - CHANT DES NOMBRES

« Un, je sais ce qui est un.
Unique est notre Dieu, Lui qui vit et Lui qui plane sur la terre et dans les cieux.

Deux, voilà qui est plus ; je sais ce qui est deux : deux, ce sont les Tables de la Loi.

Unique est notre Dieu...

Treize, voilà qui est plus ; je sais ce qui est treize.
Treize, ce sont les attributs (divins) ;
douze, les tribus d'Israël;
onze, les songes (de Joseph);
dix, les Commandements;
neuf, les mois de la grossesse;
huit, la circoncision;
sept, la célébration du Shabbat;
six, les ordres de la Michna ;
cinq, les Livres de la Thora;
quatre, les Mères ;
trois, les Patriarches;
deux, les Tables de la Loi.

Unique est notre Dieu, Lui qui vit et Lui qui plane sur la terre et dans les cieux. »

 

On le voit : tout est symbolique dans le repas pascal juif, et l'eucharistie chrétienne assume pleinement cette symbolique. Les aliments (œuf dur, os d’agneau grillé, herbes amères...), les vêtements (talith...), la lumière (la menorrah), les quatre questions de quatre enfants : tout renvoie à une lecture de l'histoire autre qu'un récit journalistique.

Le chant des nombres s'inscrit dans cette interprétation du monde où les nombres ne sont pas là par hasard, mais pour nous aider à déchiffrer l'événement raconté.

 

 

 

La première multiplication : 5,7 et 12

 

Le nombre 5

Il en est bien ainsi dans cette première version de la multiplication des pains en Mt 14,13-21. Les nombres qui y sont placés ont un sens. Les 5000 hommes présents ne sont pas comptés à la manière de la préfecture de police ni des manifestants lors d'une même protestation populaire ! Ils renvoient à la signification du nombre 5, multiplié par 1000 (donc étendu à tous). D'après nos enfants du Seder Pessah, il s'agit d'une foule de la Torah (les cinq livres du Pentateuque), essentiellement juive donc. Cela est confirmé par les 5 pains dont disposent les disciples (et non un jeune garçon comme en Mc). Les rompre, c'est ouvrir ces 5 livres, les travailler, les étudier, les interpréter *. Les distribuer à la foule, c'est nourrir le peuple juif d'une interprétation renouvelée de la Torah, où le commandement de l'amour accomplit toute la Loi. La foule n'a pas besoin de s'en aller ailleurs : elle a dans l'Écriture tout ce qu'il lui faut pour nourrir sa faim de vivre et de chercher Dieu.

 

 

 

 

Le nombre 2

Et les 2 poissons ? Pourquoi sont-ils mentionnés, alors que le texte semble indiquer qu'ils ne sont pas distribués en nourriture avec les cinq pains ? (ils sont pourtant « eucharistiés » : Jésus prononce la bénédiction juive et rituelle sur eux ensemble)

 D'après la comptine chantée par les enfants à Pâques, 2 est le nombre des tables de la Toi. Mais ce serait alors une symbolique redondante avec les 5 pains. Saint Augustin, le nombre 2 désigne le couple prêtre / roi qui recevaient l'onction pour gouverner le peuple. Les 2 poissons renvoient alors pour lui à la personne du Christ, l’Oint de Dieu chargé de conduire l'Église. Mais, problème : il manque le prophète, qui lui aussi reçoit l'onction de Dieu.

Pour Saint Ambroise de Milan, les 2 poissons renverraient aux 2 Testaments, destinés à devenir l'unique nourriture du nouvel Israël. Mais, problème : ces deux poissons ne sont justement pas distribués en nourriture...

 

Il faut sans doute interpréter ensemble le symbolisme du nombre 2 et celui des poissons à qui il est associé ici.

On a retrouvé des poissons dessinés, gravés et peints sur les murs des catacombes chrétiennes des premiers siècles. C'était un signe de reconnaissance et de ralliement en période de persécutions romaines. Car le mot poisson (ictus en grec) est l'acronyme désignant la véritable identité de Jésus.Iesus Christos Theo Uïos Sôter = Jésus Christ fils de Dieu Sauveur. Le poisson cache donc l'affirmation nouvelle de la foi chrétienne : Jésus est vraiment Dieu et vraiment homme, deux  natures réunies en une seule personne. Les 2 poissons visent sans doute cette affirmation christologie si centrale - et si dangereuse - au moment où Mathieu écrit son évangile (70-90). On n'est pas loin de l'interprétation de Saint Augustin, mais c'est l'union du divin et de l'humain en Jésus qui est en jeu plus que celle du roi et du prêtre.

Ajoutons que dans la tradition juive, il faut toujours au moins 2 témoins pour que leurs témoignages soient pris en compte au tribunal. Les 2 poissons attestent que Jésus de Nazareth est vraiment le Christ attendu par Israël, annoncé par l'Écriture, qui conduit l'Église à travers le désert en la nourrissant de la Parole de Dieu partagée à tous.

 

 

 

 

Le nombre 7

Au passage se profile le nombre 7 : 5 pains + 2 poissons. La comptine pascale l'associe à juste titre au shabbat. Ce premier récit de la multiplication des pains s'adresse donc à Israël : nulle volonté ici d'abolir le shabbat. Au contraire, Jésus veut lui donner tout son sens. Les premiers chrétiens annonçaient l'Évangile en se servant du réseau des synagogues tout autour de la Méditerranée, et donc en respectant le shabbat, en profitant de la liturgie du samedi à la synagogue pour commenter les Écritures à la lumière de la Pâque du Christ.

Ce n'est qu'après la séparation violente d’avec la synagogue (vers 90) que le dimanche chrétien (le jour du Seigneur) supplantera le shabbat, sans pour autant en perdre le sens du repos et de l'Alliance qu'il véhicule.

En Mt 14, le respect du shabbat est bien en filigrane des premières assemblées judéo-chrétiennes (les adventistes « du septième jour » s'inscrivent dans cette tradition).

 

 Le nombre 12

« On ramassa 12 paniers ».

Impossible de ne pas y voir le symbole des 12 apôtres, eux-mêmes prolongeant et accomplissant les 12 tribus d'Israël (cf. les 12 portes de la Jérusalem céleste dans l'Apocalypse). C’est donc la plénitude de l'Église, « l'Israël de Dieu », que visent ces 12 paniers. Toute l'Église est nourrie en plénitude du pain partagé par Jésus : ici le premier Testament, bientôt le pain eucharistique qui y sera associé.

Comme 5 + 7 = 12, on voit que l'on retrouve ce que l'on évoquait précédemment : l'Écriture partagée lors du shabbat nourrit l'Église judéo-chrétienne et lui permet de traverser ses déserts.

 La seconde multiplication : 3, 4 et 7

Le symbolisme des nombres permet d'interpréter le deuxième récit de multiplication des pains comme s'adressant cette fois-ci aux non-juifs (Mt 15,32‑39).

4000 hommes sont nourris et il reste 7 paniers (au lieu de 5000 et 12). On ne sait pas combien il y a de poissons ; par contre on sait que la foule jeûne depuis 3 jours. Le nombre 3 renvoie ici aux 3 jours du Christ au tombeau : la foule est associée à la Passion et la Résurrection de Jésus en jeûnant symboliquement 3 jours avec lui. Nul doute qu'il y ait ici un écho du cheminement catéchuménal des baptisés adultes  venant du paganisme au moment où Mathieu écrit. Les 4000 hommes évoquent alors la totalité de l'humanité nourrie par l'eucharistie (4 = les quatre points cardinaux = l'univers entier). Les 7 paniers ne renvoient plus aux tribus d'Israël, mais à tous les peuples de la terre créée lors des 7 jours symboliques de la Genèse.

Ce second récit est donc une catéchèse eucharistique et ecclésiale pour les païens, alors que le premier l'était pour les juifs.

 

 

 

 

Les deux multiplications superposées

Nous sommes 2000 ans après l'événement. Nous gardons la mémoire de ces deux catéchèses. Et nous pouvons légitimement les superposer en une seule pour aujourd'hui : l'Église se situe bien dans le prolongement d'Israël, dont elle n'abolit pas la vocation, mais cherche l'accomplir pour toutes les nations.

Ainsi le premier but de nos assemblées est de rompre le pain de la Parole de Dieu telle que les deux Testaments donnent à la ruminer. Tous doivent y avoir accès : c'est la responsabilité des apôtres. L'eucharistie est indissolublement le lieu où la Parole se multiplie en la partageant, et où le pain eucharistique nourrit la faim  spirituelle des chercheurs de Dieu actuels.« Dum dividetur, augetur » commentait Saint Augustin : lorsqu'il est partagé, le pain (de la parole, de l'eucharistie) augmente.

Il y a donc 2 tables (encore 2 !) à l'eucharistie : la table où l'Écriture se fait Parole, et la table où le corps du Christ est rompu et distribué. L'ambon et l'autel sont inséparables. À tel point que Vatican II a réaffirmé solennellement cette doctrine des deux tables que nous avions un peu oubliée dans le monde catholique :

 

« L'Église a toujours vénéré les divines Écritures, comme elle l'a toujours fait aussi pour le Corps même du Seigneur, elle qui ne cesse pas, surtout dans la sainte liturgie, de prendre le pain de vie sur la table de la parole de Dieu et sur celle du Corps du Christ, pour l'offrir aux fidèles. »
Concile Vatican II, Dei Verbum 21 (cf. SL 48 ;51 ;56).

 

La parole et le corps / le corps et la parole : ne séparons pas dans nos assemblées ce que Dieu a uni en Jésus-Christ, comme l'atteste les deux multiplications des pains dans l'évangile de Mathieu.

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 01/08/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×