Leurre de la cruche

"Cette homélie provient du site: lhomeliedudimanche.fr"

Leurre de la cruche...

 Homélie du 3° Dimanche de Carême / Année A

23/03/2014

 Opération vérité

« Venez voir un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait »...

Cet appel étonné et joyeux de la femme de Samarie croisée au bord du puits n'en finit pas de résonner dans l'Église, encore aujourd'hui !

Pourquoi est-ce si libérateur de rencontrer quelqu'un qui nous aide ainsi à faire la vérité sur notre vie ? Car ce n'est pas joli joli ce qu'elle a fait cette brave Samaritaine ! Elle a consommé les hommes comme on consomme des tranquillisants, et elle en est rendue à son cinquième ! Quand elle avoue à Jésus : ‘je n'ai pas de mari’, elle sait bien que son compagnon du moment ne peut pas être appelé ‘mari’, et Jésus le reconnaît : ‘là tu dis vrai’. Tu commences à dire la vérité sur tes échecs, tes répétitions, ta collection d'amants.

Jésus avait fait appel à son mari pour échapper à la tentative ambiguë et séductrice de cette femme seule avec lui - situation très osée en Israël - en pleine chaleur. Du coup elle comprend qu'avec Jésus ce petit jeu ne marchera pas, et elle s'intéresse enfin à la source de vie qui semble jaillir de cet homme.

« De son sein couleront des fleuves d’eau vive » (Jn 7,38). La Samaritaine en fait l'expérience. Comment ? En faisant la vérité sur sa vie, grâce au Christ qui l’éclaire dans les méandres de ses bégaiements affectifs dignes d'un Don Juan au féminin.

Et vous - au fait - où en êtes-vous de cette ‘opération vérité’ sur vous-même ?

 Leurre, y es-tu ? 

Prenons une comparaison.

Vous souvenez-vous de ce qu’est un leurre ?

C'est quelque chose qui ressemble à ce que l'on cherche, qui en a la forme, la couleur, parfois le goût, mais qui n'est pas ce que l'on cherche en vérité. Le ‘Canada dry’ du désir en quelque sorte... Le problème avec un leurre, c'est que quand on l’a mangé, quand on a mis la main dessus on n'est pas rassasié pour autant. Au contraire la frustration de voir s'évanouir entre nos mains l'illusion qui ressemblait à l'objet cherché nous fait repartir à la chasse d'autres leurres, tout aussi décevants etc. Ainsi, de leurre en leurre, de répétition en répétitions, notre liberté devient piégée dans cette course au mensonge.


La Samaritaine collectionnait les hommes comme certains collectionnent les réussites sociales, l'argent ou la reconnaissance des autres. Ce faisant elle se leurrait elle-même ; elle n'arrivait pas à être vraie dans son désir ; elle bégayait ses pauvres amours ; elle se mentait à elle-même.

 

Jésus va si j'ose dire pratiquer la ‘pêche aux leurres’ pour l'aider à sortir de ce cycle infernal.

Il la fera passer :

- du puits de Jacob à la source jaillissante
- de Joseph à Jésus
- de la soif matérielle à la soif spirituelle
- du baptême de Jean au baptême des disciples de Jésus
- de l'adoration en Samarie à Jérusalem à l'adoration
 « en esprit et en vérité »
- de la nourriture des apôtres à la vraie nourriture : « faire la volonté de mon Père »
- de ses cinq amants à elle au Messie qui la rend libre de ne plus dévorer les hommes...

 

L’heure du leurre

Un indice de cette libération : l’heure à laquelle se passe cette chasse au leurre.« C’était la 6° heure » précise notre texte (c’est-à-dire midi pour nous). Or 6 est le chiffre de l’incomplétude des 6 jours de la semaine attendant le shabbat pour une Création achevée. Et midi est l’heure où le soleil est à la verticale, donc où il n’y a plus d’ombre : la rencontre de Jésus permet à la Samaritaine de reconnaître son incomplétude, d’assumer la part d’ombre de sa vie, et d’être enfin elle-même sans avoir à se dissimuler…

 

Et vous qu'elles sont les leurres qui vous fascinent ?

Quelles sont les répétitions maladives qui piègent votre liberté ?

 

« Venez voir un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait »...

Dieu que c'est libérant de rencontrer ainsi le Christ, et de faire ainsi la vérité sur sa vie !

 

 Tant va la cruche à leurre…

Un autre indice dans le texte de cette libération, c'est la fameuse cruche. Symbole de ce qu'elle laisse là, au bord du puits, parce qu'elle n'en a plus besoin.

Grâce au Christ, elle n’a plus besoin de se mentir à elle-même, de courir après les hommes comme un poisson après un leurre...

 

La cruche dans l'Orient ancien est symbole de féminité. Elle est par essence celle qui reçoit, dont les formes mêmes sont féminines.

Cette femme de Samarie était très ‘cruche’ - pourrait-on dire ! - de croire que sa féminité s'épanouirait dans la répétition de la consommation des hommes. Elle laisse tomber cette vaine course aux leurres. Son vrai désir, elle le connaît maintenant :« donne-moi de l'eau vive »...

Elle n'est plus un objet, vase collecteur de fausses amours. Voilà pourquoi elle laisse sur place sa cruche, et avec elle sa vie passée à courir après des leurres. Elle renaît au désir d'être enfin elle-même ! C'est comme un baptême sans eau, car la source vive de sa renaissance est désormais en elle et non plus à l'extérieur ; elle est en elle, « en esprit et en vérité »...

 Pour l'anecdote, la cruche peut aussi renvoyer à d'autres épisodes de la Bible. On peut voir dans cette femme la figure d'Israël : la cruche renvoie alors à l'épisode du serviteur qui va chercher une épouse pour Isaac (Gn 24), et les cinq maris renvoient à la Torah = les cinq livres de la Loi (les seuls reconnus par les Samaritains d'ailleurs) qui n'ont pu satisfaire Israël dans son désir d'épouser Dieu en vérité.

C'est aussi la cruche qui annonce le repas pascal dans l'Évangile : « suivez un homme qui porte une cruche, et là préparez le repas de la Pâque » (Lc 20,10 //). La Samaritaine portant une cruche est ainsi discrètement déjà associée à la Pâque de Jésus... 

 Quoi qu'il en soit cette femme laisse là la cruche dont désormais elle n'a plus besoin, parce qu'elle a découvert le vrai désir qui l’habite.

« Venez voir un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait »...

Ah ! si on pouvait ainsi s'exclamer ainsi au sortir d'une confession !

On ne serait pas loin de la Samaritaine... 

 Tant va la cruche à leurre qu’à la fin elle annonce…

En revenant comme elle à la source vive de notre baptême, nous pourrions devenir comme elle apôtre. Et c’est même le premier apôtre dans l'Évangile de Jean, avant les 12 ! Oui : vous avez bien entendu : avant les 12 !!!

Saint Jean Chrysostome commente :

« Ce que firent les apôtres, la Samaritaine l’a fait aussi avec plus d'empressement encore. Car les apôtres n'ont planté là leurs filets qu’a l’appel du Maître, alors qu'elle a planté là sa cruche spontanément sans avoir reçu d'ordre du Christ.

Et la voilà qui remplit l'office des évangélistes avec une joie qui lui donne des ailes.

Ce n'est pas une ou deux personnes qu’elle amène au Christ comme André ou Philippe : c'est toute la ville qu'elle remue, toute la population qu'elle amène au Christ »

(34° homélie sur l'Évangile de Jean).

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 11/10/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×