Ne faisons pas mentir la croix du Christ !

http://lhomeliedudimanche.unblog.fr/

 

Ne faisons pas mentir la croix du Christ !


Homélie du Dimanche 22 Février 2015 – Année B
1er Dimanche de Carême

Ne faisons pas mentir la croix du Christ ! dans Communauté spirituelle 35Christ_entier
Allons-nous faire mentir la Croix du Christ ?
Allons-nous rendre vaine sa mort ?
En nous éloignant du pardon, c’est comme si nous effacions sa Passion des tablettes de l’histoire.
Pire encore : en négligeant d’être pardonnés ou de pardonner, nous annulons la Résurrection du Christ qui devient alors inutile.

C’est Saint Pierre qui nous le dit dans sa lettre : « Frères, le Christ est mort pour les péchés, une fois pour toutes ; lui le juste, il est mort pour les coupables, afin de vous introduire devant Dieu ».

Avons-nous vraiment pris conscience que Jésus est mort pour les coupables que nous sommes ? Si nous disons que nous n’avons pas de péché, non seulement nous faisons de Dieu un menteur (1Jn 1,10), mais en plus nous insinuons que le Christ est mort pour rien. Et sans nous en rendre compte, nous nous coupons en même temps du dynamisme de Résurrection qui est à l’œuvre dans notre baptême. « Être baptisé, martèle Pierre, ce n’est pas être purifié de souillures extérieures, mais s’engager avec une conscience droite, et participer ainsi à la résurrection de Jésus-Christ ».

Donc, confesser son péché, c’est donner raison à la Croix du Christ, lui qui a cloué sur le bois de la Croix le billet de la dette qui nous étranglait, disait St Paul (Col 2,14). À l’image du bon larron :« Pour nous, c’est juste : nous recevons ce que nos actes ont mérité ; mais lui n’a rien fait de mal… Jésus souviens-toi de moi quand tu viendras comme roi » (Lc 23,41)

« S’il n’y avait pas eu la croix, le Christ n’aurait pas été crucifié (…) Les sources de l’immortalité n’auraient pas jailli de son côté, le document reconnaissant le péché n’aurait pas été déchiré, nous n’aurions pas reçu la liberté, nous n’aurions pas profité de l’arbre de vie, le paradis ne se serait plus ouvert. S’il n’y avait pas eu la Croix, la mort n’aurait pas été terrassée, l’enfer n’aurait pas été dépouillé de ses armes » (homélie de St André de Crête, 660-740).

La contemplation du Christ en croix peut donc nous amener à nous rapprocher du sacrement du pardon avec confiance : s’il a donné sa vie pour nous tels que nous sommes, avec nos grandeurs et nos misères, nos élans et nos contradictions, pourquoi refuser d’être pécheurs ?

Pourquoi nous cacher derrière de faux alibis : ‘je n’ai pas le temps, on ne trouve jamais un prêtre disponible (c’est faux !), je ne sais plus comment faire (c’est peut-être vrai, mais c’est facile à rattraper !)’ ?

Pourquoi nous dissimuler derrière de faux arguments : ‘pas besoin de passer pour un prêtre, j’ai pas tué, j’ai pas volé, je dis toujours la même chose’… ?

Il suffit de camper devant la Croix du Christ, et de la laisser nous redire : « c’est pour toi que Jésus a souffert, c’est pour toi que le Christ est mort. Vas-tu accepter le cadeau de vie qu’il te fait ainsi, ou lui répondre que tout va bien pour toi et que tu n’as pas besoin d’un tel sacrifice ? »

Le-pape-Francois-fait-de-la-confession-une-fete_article_popin Carême dans Communauté spirituelle

Je me souviens de Laetitia, la fille de bons amis, qui avait 5 ans. Elle arrivait dans une maison qu’elle ne connaissait pas, où on passait le week-end ensemble. On la laisse découvrir sa chambre. Quand on revient 10 mn plus tard, une grosse larme roule sur sa joue alors qu’elle fixe le crucifix accroché au mur.

- « Laetitia, tu pleures ? »
- « Regarde celui qui est accroché là : pourquoi on lui a fait tant de mal ? »
Il faudrait retrouver la Laetitia qui est nous et pleurer nous aussi sur le mal commis, pour le confier au Christ. Un peu comme Marie-Madeleine qui pleure sur les pieds de Jésus, et deviendra le premier témoin de la Résurrection.
Heureux ceux qui pleurent sur leur péché !
Heureux ceux qui participent ainsi à la Résurrection de Jésus-Christ !

La mode actuelle serait dit-on à éliminer toute forme de culpabilité pour essayer d’aller mieux. Si le mal arrive, on vous dit que c’est la faute d’un coupable qu’il faut traquer et faire payer. Ou bien on vous dit que c’est la faute de vos parents, de votre  passé traumatisant. Ou bien encore c’est la faute de la société qui vous manipule et vous empêche d’être libre etc.

782034 culpabilitéEh bien, redisons avec force que le sentiment de culpabilité peut être utile. Sans lui, les bourreaux nazis, staliniens ou cambodgiens font leur travail en toute bonne conscience  (relisez Les Bienveillantes  de Jonathan Littell) ; sans lui les djihadistes de tous bords assassinent des innocents en croyant honorer leur Dieu…

C’est lui qui devrait nous réveiller avant de nous habituer à notre péché.
C’est lui qui nous  pousse à faire la lumière en nous au lieu de tout rejeter sur les autres.
C’est lui qui nous fait découvrir que « nous n’avons droit » à rien vis-à-vis de Dieu ; tout ce que nous recevons de lui est gracieux, gratuit.
La foi chrétienne appelle à la responsabilité personnelle : impossible de se défausser en disant toujours : ‘c’est les autres…’

« Le Christ est mort pour les coupables afin de les introduire devant Dieu ».
Celui qui ne se reconnaît jamais coupable ne pourra pas être introduit devant Dieu. Puissions-nous réapprendre àplaider coupable grâce à un tel médiateur qui ne veut que notre salut !

Cette semaine, contemplez davantage la Croix du Christ : à votre travail (discrètement !), dans votre chambre, ou la croix de votre chapelet dans votre poche. Qu’elle vous fasse méditer la phrase de Pierre :

« Frères, le Christ est mort pour les péchés, une fois pour toutes ; lui le juste, il est mort pour les coupables, afin de vous introduire devant Dieu ».

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×