Reliques : Que reste t'il de nos amours

"Cette homélie provient du site: lhomeliedudimanche.fr"

 

http://lhomeliedudimanche.fr/

Reliques : que reste-t-il de nos amours ?

 

Homélie du 24° dimanche du temps ordinaire / Année A
Fête de l'exaltation de la Croix glorieuse
14/09/ 2014

 Que reste-t-il de ceux que nous avons connus ? Ou, comme le chantait Charles Trenet : que reste-t-il de nos amours ? que reste-t-il de ces beaux jours ?...

La mémoire d'un visage, un parfum... des souvenirs qui remontent, associés aux « madeleines » de notre vécu commun : telle musique, tel objet, tel lieux précis...

Nous n'avons pas besoin d'objets matériels en théorie pour faire vivre en nous cette mémoire. Pourtant, il suffit de rentrer dans l'intimité d'une maison, d'un appartement, d’une chambre, pour lire sur les murs et les étagères les grands moments, les grandes figures qui ont marqué les habitants. Et, lors d'un héritage, on voit bien que la valeur affective et mémorielle d'une table, d'un violoncelle ou d'un tableau sont plus importants que leur valeur financière.

Et puis, lorsqu'on déménage une personne âgée de chez elle dans une résidence médicalisée, le simple fait de pouvoir poser quelques meubles et photos personnelles dans sa chambre l'aidera à ne pas être totalement déracinée.

 Bref, nous avons besoin qu'il nous reste quelque chose de notre histoire individuelle.

C'est ce même besoin de garder des traces concrètes d'événements importants qui a poussé les chrétiens à garder des restes, desreliques (reliquare = ce qui reste, en latin), de ceux qui ont marqué leur histoire. Les premières reliques matérielles sont peut-être ces morceaux de la croix du Christ dont nous fêtons la découverte en ce 14 septembre, fête de l'exaltation de la croix glorieuse.

 

On sait que c'est l'impératrice Hélène, la mère de Constantin (IV° siècle), qui est allée chercher à Jérusalem ce qui restait de la croix du Christ et des instruments de sa Passion : la couronne d'épines, les clous, des morceaux du bois (le patibulum). On se souvient également que la Sainte-Chapelle à Paris a été construite spécialement par Saint Louis pour servir d'écrin à ces reliques qu'il y déposa en 1248 [2].

 

 Ces traces et réalistes, physiques, concrètes, du supplice de la crucifixion subie par Jésus ont toujours été vénérées avec respect par le peuple chrétien. Pas comme des preuves, pas de manière magique. Mais comme des signes de l'enracinement historique de l'événement majeur de notre foi.

En consacrant une fête liturgique annuelle en l'honneur de ces reliques, l'Église catholique redit son attachement à la réalité historique de Jésus de Nazareth, de sa Passion et de sa mise au tombeau.

 

Les premières reliques des chrétiens ont été pendant trois siècles liées aux martyrs suppliciés dans les arènes romaines.

Les fouilles archéologiques ont par exemple montré que le tombeau de Saint Pierre à Rome correspond vraiment aux restes de l'apôtre, recueillis par des disciples sur les lieux mêmes de son martyr, dans le cirque romain du Vatican.

 

 La coutume s'est même très tôt répandue de se retrouver autour des tombes des martyrs, pour y célébrer l'eucharistie en secret[2]. Car la véritable eucharistie, c'est d'offrir sa vie, de livrer son corps et de verser son sang par amour. Pour ne jamais oublier ce vrai sens de l'eucharistie, et les martyrs qui pendant 300 ans l'ont payé de leur vie (hélas cela continue encore aujourd'hui), l'Église a ensuite placé dans ses autels des reliques de ses martyrs. Ainsi, en célébrant l'eucharistie sur des restes humains de ceux qui en ont été le prototype, les chrétiens s'obligent eux-mêmes à en faire une question de vie ou de mort.

 Tel est la force des reliques, dont nous fêtons aujourd'hui la découverte des premières à Jérusalem. Les reliques des saints s’inscrivent dans ce même mouvement de mémoire réaliste. Sans idolâtrie, loin de tous les trafics qui ont pu polluer leur rôle spirituel dans les siècles passés.

 Nous comprendrons mieux l'importance des reliques chrétiennes si nous pratiquons nous-mêmes le respect de nos reliques familiales et personnelles. Il nous reste tous quelque chose d'un père disparu, d'amis partis au loin, de collègues qui nous ont formé etc.. Nous pourrions nous en passer en théorie. Mais c'est plus concret, plus humain d'appuyer notre mémoire sur ces humbles éléments matériels, devenus pour nous seuls symboliques d'un moment, d'un visage, d'un événement.

 

Que la fête de l'exaltation de la Croix, à travers ces quelques bouts de bois précieusement conservés, nous aident à ne jamais perdre la mémoire de la Passion du Christ pour nous, unie à nos passions humaines les plus vraies.

 

 1. Le 14 septembre 1241, le saint roi Louis IX alla solennellement au-devant des reliques de la Passion qu'il avait achetées à l'empereur de Constantinople : c'étaient un morceau de bois de la vraie Croix, le fer de la lance, une partie de l'éponge, un morceau du roseau et un lambeau du manteau de pourpre. Elles furent déposées à la Sainte-Chapelle en 1248.

 

2. Les actes du martyre de saint Polycarpe, en 156, attestent : « prenant les ossements plus précieux que les pierres de grand prix et plus épurés que l’or, nous les avons déposés dans un lieu convenable. Là même, autant que possible, réunis dans l’allégresse et la joie, le Seigneur nous donnera de célébrer l’anniversaire de son martyre en mémoire de ceux qui sont déjà sorti du combat, et pour exercer et préparer ceux qui attendent le martyre. » On se souvient aussi, en 177, d’une lettre où l’Église de Lyon regrettait de n’avoir pu conserver les restes de ses martyrs.

 

 

 

 

 
Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 11/10/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×