Trois raisons de fêter Pâques

http://lhomeliedudimanche.unblog.fr/2011/04/30/trois-raisons-de-feter-paques/

Trois raisons de fêter Pâques

 

Deux siècles d’esclavage : pourquoi ?

Pendant les 50 jours du temps pascal, nous allons décliner sous toutes ses facettes la richesse de l’événement de la résurrection du Christ, s’enracinant dans la Pâque juive.

Mais pourquoi Dieu a-t-il permis cette chose affreuse de l’expérience de l’abandon absolu par Jésus ? Pourquoi Dieu a-t-il apparemment abandonné son peuple deux siècles en esclavage avant de le libérer grâce à Moïse ?

Les deux Pâques, juive et chrétienne, font système : on ne peut déchiffrer l’une sans l’autre : l’une est la figure et l’autre l’accomplissement.

Trois raisons de fêter Pâques dans Communauté spirituelle IMG_2391copy 

À la question cruciale : pourquoi l’esclavage en Égypte ? La tradition juive avance trois réponses qui valent également pour la passion du Christ où il se fait « esclave » par amour.

 1. Le dégoût de tout esclavage

Si le peuple hébreu a subi l’esclavage, c’est pour ne plus jamais l’imposer à d’autres. egypte-esclave-battu dans Communauté spirituelleAyant connu de l’intérieur pendant deux siècles la condition de dominés, d’exploités, d’humiliés, les fils d’Israël devraient à jamais en être écoeurés, pour eux-mêmes comme pour les autres peuples. La fête de Pâques, mémorial de la libération, c’est justement l’antidote à l’oubli de ce que fut l’amertume de l’esclavage en Égypte. La Bible le dit avec réalisme : « le chien retourne à son vomi » (2P 2,22), c’est-à-dire que les générations suivantes sont à nouveau tentées par l’idolâtrie que leur pères ont rejetée. Alors manger des herbes amères lors du rituel de la fête de Pessah (Pâques) les oblige à se remettre en bouche l’amertume de l’esclavage idolâtrique. Un peu comme un ancien fumeur s’obligerait à tirer uniquement une bouffée de cigarettes pour en garder le dégoût à jamais.

Le peuple qui a connu si longtemps l’infamie des esclaves, la condition de lumpenprolétariat comme dirait Marx, veut conjurer la tentation d’y revenir un jour, pour lui-même comme pour d’autres. À ce titre, fêter Pâques, c’est s’engager à ne rendre personne esclave, ni individuellement ni collectivement, ni soi-même ni un autre.

On touche ici la dimension politique de la fête de Pâques, avec les conséquences que cela pourrait entraîner pour l’Israël actuel, comme pour les chrétiens en situation de puissance économique ou sociale…

 2. Les trésors égyptiens

pharaon-2La tradition juive poursuit sa réflexion sur l’esclavage en Égypte en soulignant ce qu’il a apporté au peuple. En effet, à peine les flots refermés sur l’armée égyptienne, les hébreux ramassent les richesses éparpillées, dépouillent leurs chars. Ils amassent un butin de guerre qui vient s’ajouter aux biens de valeur emportés malgré la précipitation du départ pascal. C’est donc que finalement ils sortent d’Égypte plus riches ! La sortie de cette période de spoliation leur rend une aisance financière justement méritée. Ces biens emportés ne sont pas que économiques : ils sont également culturels, spirituels. La sagesse de la cour égyptienne, ses arts et ses techniques, et peut-être même son culte d’un dieu unique (promu par Akhenaton) marqueront pour longtemps la culture d’Israël. Le contact avec les autres nations, même s’il est douloureux voire fratricide, fait désormais partie de l’ADN du peuple des anciens esclaves.

Fils de Jacob qui les a fait venir en Égypte, le peuple libéré par Moïse n’oubliera pas que si Dieu le disperse parfois (cf. l’exil perse à Babylone, la Shoah nazie en Allemagne) c’est pour apprendre même de ceux qui l’oppriment. Une fois rassemblés autour de Jérusalem, les anciens exilés rapporteront dans leurs bagages la sagesse des nations, la nécessité de mettre la révélation en dialogue avec les autres cultures, l’impossibilité de l’autosuffisance, même (et surtout) en tant que peuple choisi (élu) pour témoigner de l’alliance de Dieu avec tous.

Les chrétiens fêtant la Pâque du Christ feront la même expérience : persécutées ici, minoritaires là, les Églises soumises à l’humiliation rappellent aux autres que Dieu les veut en dialogue, et qu’elles ont beaucoup à recevoir des cultures environnantes.

 

 » L’Église peut aussi être enrichie, et elle l’est effectivement, par le déroulement de la vie sociale (?). L’Église constate avec reconnaissance qu’elle reçoit une aide variée de la part d’hommes de tout rang et de toute condition, aide qui profite aussi bien à la communauté qu’elle forme qu’à chacun de ses fils. En effet, tous ceux qui contribuent au développement de la communauté humaine au plan familial, culturel, économique et social, politique (tant au niveau national qu’au niveau international), apportent par le fait même, et en conformité avec le plan de Dieu, une aide non négligeable à la communauté ecclésiale, pour autant que celle-ci dépend du monde extérieur. Bien plus, l’Église reconnaît que, de l’opposition de ses adversaires et de ses persécuteurs, elle a tiré de grands avantages et qu’elle peut continuer à le faire. »
Concile Vatican II, Gaudium et Spes n° 44

 3. Compter sur Dieu d’abord

Une troisième réponse juive au pourquoi de l’esclavage réside dans le mot « Amen ». Non pas comme un fatalisme. Mais comme une expérience qui pousse à compter sur Dieu d’abord, sur Dieu seul, puisque le peuple d’esclaves ne dispose d’aucune force armée ni de puissance humaine.

En esclavage, Israël découvre ce qu’est la foi : Emouna, d’où provient le mot Amen.

 

Emouna : c’est le crédit, la confiance que l’on accorde à Dieu au moment où tout semble fini à vue humaine.

C’est bien l’expérience de Jésus, plongé au plus bas de la déréliction (« mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? ») et qui pourtant se remet avec confiance (« Père, entre tes mains je remets mon esprit ») sans savoir ni quand ni comment la libération se produira.

 Emouna : la foi du peuple qui n’a d’autre libérateur que Dieu, la foi de Jésus qui s’appuie sur l’autre de lui-même.

Tant qu’Israël se croit fort de ses chars, de ses chevaux, de sa richesse, de son Temple, il court le risque de croire en lui avant Dieu. Le dépouillement de l’esclavage, de l’Exil, de la Shoah doit au moins éveiller en lui la foi première en Dieu. Le dépouillement de la croix pousse Jésus dans ses retranchements : faire confiance à son Père alors qu’il ne peut rien de lui-même.

 Ne jamais imposer l’esclavage aux autres ni à soi ; recueillir les trésors des cultures environnantes ; compter sur Dieu d’abord, sur Dieu seul : la Pâque juive comme la Pâque chrétienne sont de vrais chemins de liberté, de sagesse et de foi.

Comment mettre en oeuvre très concrètement ces trois dynamiques pascales autour de nous ?

 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×