Etre chrétien aujourd'hui

Une nouvelle évangélisation

 

Qu'est-ce que la Nouvelle Évangélisation 

  • Pourquoi une nouvelle évangélisation ?

Il y a plusieurs années déjà, le Pape Jean-Paul II lançait l’invitation à mettre en oeuvre une « nouvelle évangélisation ». Depuis tout temps l’évangélisation a été pour l’Eglise et pour les chrétiens, une mission de première importance.
Si la foi , comme adhésion à Jésus Sauveur demeure encore assez majoritaire (80% de français se disent catholiques), elle est souvent vécue comme une simple référence, importante, ou comme une appartenance revendiquée. Mais pour beaucoup (qui par exemple continuent à faire baptiser leurs enfants) elle n’est plus guère une foi vivante qui engage la vie et invite à une pratique personnelle des signes de la vie chrétienne. Et l’on est obligé de constater que les multiples efforts d’évangélisation qui ont été tentés (celle du monde ouvrier, celle des scientifiques, des techniciens, etc.) plafonnent très vite.
Beaucoup de chrétiens déclarés se contentent de maintenir leur vitesse de croisière, avec comme seule référence, les quatre grands actes de la vie chrétienne : le baptême, la profession de foi, le mariage et les obsèques. Ils vivent dans une totale bonne conscience qui leur fait penser que « Dieu n’en demande pas tant ».

Une Bonne Nouvelle à proclamer

évangéliser c’est proclamer une bonne nouvelle capable de changer la vie de ceux qui en reçoivent l’annonce. Jésus est venu pour sauver l’humanité et chaque croyant en reçoit en même temps l’assurance et la joie : « Il m’a aimé et s’est livré pour moi ! » (Ga 2,20). Or aujourd’hui la foi chrétienne n’apparaît plus vraiment comme une bonne nouvelle.
Beaucoup y voient seulement un rempart pour la morale, quand encore ils n’en récusent pas les rigueurs, trop exigeantes dans notre monde hédoniste, à la recherche du plaisir immédiat. Le matérialisme et la société de consommation ont fait dériver le bonheur vers la jouissance immédiate et cela suffit à beaucoup, qui ne voient guère de quoi ils ont à être sauvés. On constate aussi depuis quelques décennies, un net affaiblissement de la religion populaire, faite de pratiques diverses, qui sont l’expression d’une foi très affaiblie, d’une appartenance plus sociologique que personnelle et engagée. S’il est vraie que la pratique saisonnière demeure encore (les pratiquants de Noël et de Pâques, ou ceux de la Toussaint et des Rameaux), elle a beaucoup baissé. En outre, alors qu’il y a encore trente ans, une majorité d’enfants en âge scolaire suivait le Catéchisme, ils ne sont plus environ aujourd’hui que 30% et cela même dans les régions jadis réputées chrétiennes. Certes les nombre de baptêmes d’adultes a beaucoup augmenté (au moins 350 en France cette année 2004), mais c’est  parce que les baptêmes d’enfants sont eux aussi moins nombreux. Et cela témoigne d’un important éloignement de la foi pour une majorité d’hommes et de femmes d’aujourd’hui.

Proposer la foi dans la société actuelle

Ces diverses constatations ont depuis une dizaine d’années posé question à l’Eglise, comme aux Eglises de divers pays. Dès 1994, la Conférence des Evêques de France présentait un rapport intitulé : Proposer la Foi dans la société actuelle, repris quelques années plus tard dans la Lettre aux catholiques de France. Le cardinal Koenig archevêque de Vienne en Autriche et le cardinal Lustiger, archevêque de Paris ont lancé une Mission d’évangélisation pour les grandes villes : Vienne, Paris et autres capitales européennes.
Autrefois comme au XVIIème siècle avec Grignon de Montfort, Jean François Régis et autres missionnaires, c’était le monde rural qu’il fallait évangéliser et ces régions sont restées longtemps chrétiennes. Aujourd’hui dit le cardinal Lustiger, ce sont les villes qui sont plus pratiquantes que les campagnes : c’est donc elles qu’il faut évangéliser en priorité. Je me souviens que pendant les vacances de mon enfance, c’était « les parisiens » qui pratiquaient, et non pas les ruraux de ce pays déchristianisé depuis des siècles... Il faut donc une évangélisation nouvelle, parce que pour une part très importante, la foi héritée du passé s’est perdue. Mais aussi parce que les conditions même de la vie sont aujourd’hui très différentes. Ainsi il n’y a plus guère de vrais ruraux mais des citadins dont quelques uns vivent à la campagne. De plus comment évangéliser notre société de consommation, plus apte à créer des besoins nouveaux qu’à ouvrir sur une recherche spirituelle ? Il est vrai qu’un nombre important de nos contemporains recherchent aujourd’hui les voies d’une spiritualité qui donne une âme à leur existence. Mais beaucoup la cherchent dans les spiritualités asiatiques ou dans les syncrétismes du New Age, plutôt que dans la foi chrétienne qui pour beaucoup est plus ou moins disqualifiée : ce n’est plus vers l’Eglise, que spontanément on regarde.

Importance des laïcs et des nouveaux mouvements

Nouvelle évangélisation donc : nouvelle parce qu’il faut la refaire, en un monde qui a oublié sa foi traditionnelle ; nouvelle parce que le monde a changé et que les méthodes ou les chemins d’autrefois ne sont plus en phase avec le monde d’aujourd’hui. Deux faits orientent cette nouveauté de l’évangélisation. Tout d’abord la diminution significative du nombre de prêtres, des religieux et religieuses. Jusque vers 1970, c’est eux qui avaient assuré l’évangélisation : missions à l’intérieur (au coeur des vieilles chrétientés) ou missions lointaines, congrégations fondées par Grignon de Montfort, Alphonse de Ligori, le Cardinal Lavigerie et tant d’autres. Second facteur : la prise en charge de l’évangélisation des divers milieux sociaux par les laïcs : Action Catholique sous toutes ses formes, grands mouvements spirituels : Foyers de Charité, Retraites Spirituelles, etc. Et nouveaux mouvements ecclésiaux : Equipes Notre-Dame (1948), Renouveau Charismatique (1970), Néo-Catéchuménat, Mouvement des Focolari (1943) et tant d’autres. La nouvelle évangélisation sera donc avant tout le fait de chrétiens laïques, témoignant de leur foi dans leur vie quotidienne, dans leur travail, dans leur entourage, dans leurs engagements publics ou ecclésiaux. Le rôle des prêtres et religieux sera d’abord de les animer spirituellement. Elle sera aussi l’oeuvres des nouveaux Mouvements d’Eglises, le plus souvent fondés, animés et dirigés par des laïcs. Le Pape Jean-Paul II attend beaucoup de ces nouveaux Mouvements qu’il a rassemblé dans une même vision, à la Pentecôte 1998 à Rome et auxquels il donne toute sa confiance. La nouvelle évangélisation : un défi lancé à tous les chrétiens, pour qu’ils annoncent la foi qu’ils ont reçue et dont ils vivent, et que sans doute, tant d’hommes et de femmes attendent confusément. Sans oublier que la nouvelle évangélisation demande que chacun commence par se « ré-évangéliser » lui-même.

En conclusion,

"Nouvelle Evangélisation signifie répondre de notre foi en communiquant le Logos de l'espérance à un monde qui aspire à être sauvé".

 
Texte tiré de "Etre chrétien aujourd'hui"  http://www.paroisse-nogent-le-roi.com 

 

Commentaires (8)

1. claudinedupont 13/12/2017

La fête arrive bientôt, un prêt peut vous aider dans la préparation de vos cadeaux!

Bonjour: Mr ou Mme
Je suis Mme CLAUDINE DUPONT, la directrice de la Banque Agricole Crédit France
Je suis un particulier qui vous offre des prêts de 5.000 euros à 500.000.00 euros dans tout le monde entiers à savoir : France , Canada , Russie , Belgique , Espagne , Suisse , États-Unis , Argentine , Brésil , Pays-bas , Norvège , Italie , Mexique , Dominique , Israël , et dans les autre pays africains aussi sur un taux de 2% sur touts vos besoin de prêt . Fort de mon expérience dans le domaine de la restructuration de crédits, je mets en ligne le service " Offre de Prêt " pour proposer des prêts immobiliers et des crédits consommation responsables, pour crée des projets , des ONG , de Centre de services personnel où dès société , Achat de voiture , construction de maison , commence où autre chose si vous avez besoin nous sommes a votre disposition E-mail : claudine.dupontgh78@gmail.com
claudine.dupontgh78@gmail.com
claudine.dupontgh78@gmail.com
claudine.dupontgh78@gmail.com
Au plaisir de vous lire

2. claudinedupont 12/12/2017

La fête arrive bientôt, un prêt peut vous aider dans la préparation de vos cadeaux!

Bonjour: Mr ou Mme
Je suis Mme CLAUDINE DUPONT, la directrice de la Banque Agricole Crédit France
Je suis un particulier qui vous offre des prêts de 5.000 euros à 500.000.00 euros dans tout le monde entiers à savoir : France , Canada , Russie , Belgique , Espagne , Suisse , États-Unis , Argentine , Brésil , Pays-bas , Norvège , Italie , Mexique , Dominique , Israël , et dans les autre pays africains aussi sur un taux de 2% sur touts vos besoin de prêt . Fort de mon expérience dans le domaine de la restructuration de crédits, je mets en ligne le service " Offre de Prêt " pour proposer des prêts immobiliers et des crédits consommation responsables, pour crée des projets , des ONG , de Centre de services personnel où dès société , Achat de voiture , construction de maison , commence où autre chose si vous avez besoin nous sommes a votre disposition E-mail : claudine.dupontgh78@gmail.com
claudine.dupontgh78@gmail.com
claudine.dupontgh78@gmail.com
claudine.dupontgh78@gmail.com
Au plaisir de vous lire

3. Administrateur 09/11/2017

Tout le monde a de problèmes financiers. Si vous voulez emprunter de l'argent quelque soit le montant adressé vous à Mme Angele MAURIN. Elle est la seule qui accorde de prêt sans arnaque. Vous pouvez lui écrire par : Email: angelemaurin@outlook.com

pour tout vos demandes de prêt. Merci

4. Administrateur 09/11/2017

Tout le monde a de problèmes financiers. Si vous voulez emprunter de l'argent quelque soit le montant adressé vous à Mme Angele MAURIN. Elle est la seule qui accorde de prêt sans arnaque. Vous pouvez lui écrire par : Email: angelemaurin@outlook.com

pour tout vos demandes de prêt. Merci

5. Administrateur 09/11/2017

Tout le monde a de problèmes financiers. Si vous voulez emprunter de l'argent quelque soit le montant adressé vous à Mme Angele MAURIN. Elle est la seule qui accorde de prêt sans arnaque. Vous pouvez lui écrire par : Email: angelemaurin@outlook.com

pour tout vos demandes de prêt. Merci

6. rachel 05/04/2017

Bonjour
Vous avez besoin d’un financement pour votre maison, pour vos affaires, pour achat de voiture, pour l’achat de moto, pour la création de vos propres entreprises à 2% , pour vos besoins personnels plus de soucis, j’octroie des crédits personnels dont vous auriez besoin..
Contactez nous à tout instant par mail : rachel.shurt@yahoo.com
Merci

7. 67680720 29/09/2016

D IEU LUI-MEME EST FAUX
en effet :

Voici le premier verset de la Bible hébraïque :
בְּרֵאשִׁית , בָּרָא אֱלהִֹים, אֵת הַשָּׁמַיִם, וְאֵת הָאָרֶץ
L’hébreu s’écrivant de la droite vers la gauche, on lira : Beréshit bara Elohîm et hashamaïm véet ha’aretz. Voici comment André Chouraqui traduit ce verset : "Entête Elohîm créait les ciels et la terre".Et Voici comment cela est traduit dans la plupart des bibles : « Au commencement Dieu créa les cieux et la terre ». (Genèse 1, 1)

Le mot Dieu, que l’on trouve dans la plupart des bibles en français, n’est malheureusement pas la traduction du nom de l’Elohîm de la Bible. Un nom propre ne se traduit d’ailleurs jamais. En Droit, le nom est une appellation propre, un attribut incessible, imprescriptible et protégé, de la personnalité qu’il désigne et identifie. Enlever le nom d’Elohîm et le remplacer par "Dieu" peut être targué de tout, sauf d’être innocent. Le nom est déjà une connaissance claire de la chose, et comme pouvait dire Cratyle: « Quand on sait les noms, on sait aussi les choses (…) il est impossible de parler faux ». Or, dans presque toutes les versions françaises, l’entité agissante de la Bible est privée du droit, élémentaire et fondamental d’être identifiée sous son véritable nom. Ainsi le lecteur de l’une ou de l’autre de ces versions, excepté la version Chouraqui, est privé du droit tout aussi rudimentaire et capital de connaître le véritable nom de l’entité à laquelle il s’intéresse. Mais quelqu’un me dira : est-ce vraiment si grave ? Après tout, l’entité nommée IHVH-Adonaï Elohîm par les hébreux peut être aussi appelée Dieu en français ? Cela ne revient-il pas au même ? Sûrement pas! Les composants des noms hébreux sont minutieusement dosés, d’une manière précise, et couplés de valeurs numériques. On observe là-dessus que le nom d’Elohîm, qui est le plus important de la révélation biblique est le premier à être radicalement éjecté de la majorité des traductions occidentales.

De fil en aiguille, le nom d’Elohîm, malicieusement traduit en français par Dieu, est rendu dans chaque langue par le nom du dieu traditionnel qui lui est propre. Est-ce normal ? Si oui, acquiesceriez-vous si un prédicateur d’origine indienne enseignait ses frères en disant : au commencement Shiva créait les cieux et la terre ? Ou si un prédicateur Ghanéen enseignait en disant : au commencement Nyamien créait les cieux et la terre ? Aussi voudrais-je savoir de vous une chose : Qui de Shiva, Nyamien ou d’Elohîm dans la Bible, fit sortir son peuple d’Egypte ? Lequel d’entre eux s’est révélé à Moshè et au peuple d’Israël ? Lequel donna à son peuple la Torah ? C’est Elohîm, évidemment ! Il n’existe aucune possibilité d’équivalence, ni aucune éventualité d’assimilation entre les dieux traditionnels tels que Shiva, Nyamien ou autres et IHVH-Adonaï, l’Elohîm d’Israël. L’entité céleste qui apparut à Avraham, à Yitshak, à Yaacov, puis à Moshè dans la Bible ne s’est révélé à aucune autre nation sur la terre, excepté Israël, car est-il dit :« Narrateur de sa parole à Yaacov, de ses lois, de ses jugements à Israël, il n'agit ainsi pour aucune nation : elles ne pénètrent pas ses jugements.Hallelou-Yah ! » (Psaumes 147, 19-20).

Israël fut ainsi destiné à être le premier témoin du seul vrai Elohîm au milieu de tous les peuples, langues, tribus et nations de la terre, suivant qu’il est écrit : « Vous êtes les fils de IHVH-Adonaï, votre Elohîm ! Vous ne vous tailladerez pas, vous ne mettrez pas de tonsure entre vos yeux, pour un mort. Oui, tu es un peuple consacré à IHVH-Adonaï, ton Elohîm. IHVH-Adonaï t’a choisi pour être à lui un peuple-domaine parmi tous les peuples, sur les faces de la glèbe.» (Deutéronome14, 1-2).
Dans la Bible hébraïque, le Créateur est désigné sous les noms de El -qui peut prendre les formes d’Eloha, d’Elohîm-, d’Adonaï et de IHVH parfois abrégé en Yah ou Yahou. Le terme "El" appartient au vocabulaire commun des peuples sémitiques et dérive selon Chouraqui, d’une racine qui veut dire : "fort, puissant, antérieur à tout, celui vers qui on aspire et vers qui on se tourne, etc." Elohîm est un pluriel, un intensif qui sert à indiquer une totalité de puissances, sans pour autant témoigner de l’existence d’un certain polythéisme chez les Hébreux. La preuve est que dans le premier verset de la Genèse, il n’est pas dit, Elohîm créèrent, mais Elohîm créait, "bara" étant au singulier !
Le tétragramme יהוה (IHVH) serait le nom propre de l’Elohîm d’Israël, selon qu’il est écrit : « Moshè dit à l’Elohîm : Voici, moi-même, je viens vers les Benéi Israël, je leur dis: ‹ L’Elohîm de vos pères m’a envoyé vers vous. › Ils me disent: ‹ Quel est son nom ? › Que leur dirai-je ? Elohîm dit à Moshè: « Èhiè ashèr èhiè ! ¬ Je suis qui je suis » Il dit: Ainsi diras-tu aux Benéi Israël: ‹ Je suis, Èhiè, m’a envoyé vers vous ›. Elohîm dit encore à Moshè: Tu diras ainsi aux Benéi Israël : ‹ IHVH-Adonaï, l’Elohîm de vos pères, l’Elohîm d’Avraham, l’Elohîm d’Yitshak et l’Elohîm de Yaacov, m’a envoyé vers vous. › Voilà mon nom en pérennité, voilà ma mémoration de cycle en cycle.» (Exode 3, 13-15).

Il est impossible pour nous de savoir comment "IHVH" était prononcé. Depuis longtemps il a été considéré à juste titre comme inexprimable. Il a été donc remplacé dans l’usage courant par la locution "Hashem Adonaï", le Nom du Maître. A une époque récente, on a risqué de lire le tétragramme IHVH, Yahvé ou Yahweh. Cette lecture s’est rapidement répandue sans être solidement fondée. Une autre lecture a traduit IHVH par Jéhovah. Cette dernière n’a aucun fondement hébraïque, dans la mesure où la lettre J n’existe pas dans l’alphabet hébreu. Le nom imprononçable garde également le secret de sa signification : l’Etant, l’Etait et le Venant.

Aux noms El ou Elohîm sont souvent joints des attributs tels que Shaddaï (El des altitudes ou de toute confiance) Eliôn (Suprême)et surtout Tsevaôt (des armées ou des milices). L’Elohîm d’Israël se manifeste sous trois formes ou trois aspects dans la Bible : le Père (la couronne), le Fils (la sagesse)et le Souffle Sacré (l’intelligence), et ces trois là se rapportent à l’Unique. C’est sans doute la raison pour laquelle il est aussi appelé en hébreu : Elohîm Kedoshîm, soit Elohîm kadosh, kadosh, kadosh (Elohîm trois fois sacré ou Elohîm trois fois saint). Autour d’Elohîm gravite une armée d’êtres célestes : les Messagers, d’où l’attribut d’Elohîm Tsevaôt, soit Elohîm des armées ou des milices à lui donné. Certains messagers, notamment ceux qui se tiennent en faces d’Elohîm, sont les émanations individuelles de ses caractéristiques. De ce lot, nous pouvons citer Mikhaél (Qui est comme El ?) et Gavriél (la Force de El). Tous, autant qu’ils sont, exécutent la volonté d’Elohîm à qui ils sont soumis.

IHVH-Adonaï, l’Elohîm d’Israël est différent de l’entité Dieu à laquelle on tente vainement de l’assimiler. Cet extrait de la page 150 du Robert étymologique de la langue française, concernant l’origine du mot Dieu, nous donne à ce propos un luxe de détails révélateurs : « Le nom Dieu dérive de la famille d’une racine indo-européenne déi qui signifie "briller" et qui élargie en déiwo et en dyew a servi à désigner le ciel lumineux considéré comme divinité les êtres célestes, par opposition aux hommes terrestres par nature. C’est la plus ancienne dénomination indo-européenne de la divinité ; elle est liée à la notion de lumière ; elle a été remplacée en grec par un mot exprimant à l’origine la notion d’esprit, Théo, la lumière du jour, et le jour. A la base déiwo se rattachent au latin deus"dieu" et au latin ecclésiastiquedéitas"divinité", déificare "déifier", divus"dieu" et l’adjectif "divin" d’oùdivinus"divin" divinitas "nature divine", divinare "prévoir l’avenir", "prophétiser" et divinatio "divination". A la base "dieu" se rattache en grec à un nominatif Zeus(accusatif Zêna, génitif Dios) désignant le roi des dieux d’en haut. »

Le mot DIEU s’est glissé dans la langue française, au 9ème siècle, après avoir fait, comme on l’a vu, ses classes en grec puis en latin. Il a donc des origines païennes. L’ancêtre du mot Dieu, DEI, a de tout temps exprimé la lumière du soleil et les phénomènes naturels qui s’observent dans et sous le ciel. L’aîné de la famille DEI est notre mot Jour -du latin DIURNUS, qui par érosion phonétique a successivement donné : DI-OURNOUS, I-OURNOUS, I-OUR, puis enfin JOUR en français. Le second mot de la famille DEI qui a aussi bénéficié d’une belle promotion est JUPITER, formé de I-OUR et de PATER, le JOUR PERE, pour ainsi dire le JOUR qui, par la lumière solaire, engendre tout ce qui existe. Les Romains ont par la suite adopté, sous le nom de JUPITER, le ZEUS des Grecs. Dans la foulée, le ZEUS grec, qui se prononçait ZE-OUS, a glissé jusqu’au DEUS latin, prononcé DE-OUS. Et c’est ainsi que, recentré en français sur la racine DI, déjà relevée dans DI-URNUS et Dl-ES, le vocable DIEU a pris naissance du latin DEUS. La Bible hébraïque a été avec les traductions occidentales, transvasée dans des langues qui ne correspondaient pas à son génie propre. Les Ecrits sacrés, c’est le moins qu’on puisse dire, ont été ostensiblement dénaturés, aliénés. Les traductions occidentales de la Bible, ont ainsi enseigné que Dieu, en fait Jupiter, était le créateur de l’Univers. Et cela est, depuis plusieurs siècles, profondément ancré dans nos structures mentales. IHVH-Adonaï, l’entité principale de la vraie Bible, a été, si l’on ose dire, troquée. On l’a habilement échangé contre ZEUS-JUPITER, déguisée avec les oripeaux de DIEU.

L’entité Dieu apparaît ainsi sous son vrai visage : un dieu traditionnel gréco-latin et donc par définition une idole. Et en tant que tel, il devrait être logé à la même enseigne que tous les autres dieux traditionnels des nations. Son assimilation à IHVH-Adonaï, l’Elohîm d’Israël est par trop épouvantable et est caractéristique même du Souffle de l’erreur.
Le Shéma Israël, sommet de l’engagement religieux d’Israël, clarifie la particularité d’Elohîm : אהד יהוה אלהנו ישראל יהוה שמע
Soit : “Shéma Israël IHVH-Adonaï, Elohéïnou, IHVH-Adonaï éhad”. Adonaï étant le pluriel de Adôn -Maître- avec un suffixe possessif "i" et Elohîm celui de Eloha, le Shéma Israël pourrait être littéralement traduit ainsi : “Entends Israël : nos Maitres IHVH, notre Elohîm, nos Maitres IHVH sont UN.” Voici la traduction de Chouraqui : “Entends Israël : IHVH-Adonaï, notre Elohîm, IHVH-Adonaï UN.” (Deutéronome 6, 4).

La version originale de ce texte tranche nettement avec la traduction que diffusent les bibles usuelles : « Écoute, Israël ! L’Éternel notre Dieu est le seul Éternel. » (Deutéronome 6, 4 –extrait de la version J.F Ostervald 1776 révisée de 1996). En traduisant de la sorte le Shéma Israël, le caractère éhad(UN) qui fait la particularité même d’Elohîm est occulté. Or, pour faireéhad(UN), logiquement il faudrait être au moins deux ! Par ailleurs, l’Elohîm d’Israël a une manière originale de s’exprimer qui dénote de la particularité de son caractère éhad (Un) : « Discernez, oui, moi, lui ! Avant mes faces il n’a pas été formé d’Él. Après moi, il n’en sera pas. » (Esaïe 43,10). Ou encore : « Entendez-moi, maison de Yaacov, tout le reste de la maison d’Israël, accablés depuis le ventre, en fardeau depuis la matrice. Jusqu’à la vieillesse, moi, lui; jusqu’à la sénescence, moi je supporte; moi j’agis, moi je porte, moi je supporte et vous fais échapper. » (Esaïe 46, 3-4)

D’aucuns voient dans l’expression « moi, lui » la transcendance et l’immanence d’Elohim. Mais l’expression « moi, lui » (moi + lui = Nous) ne fait-elle pas allusion au caractère éhad d’Elohîm qui, dès la Genèse déjà, transparaît nettement ? "Nous ferons Adâm ¬ le Glébeux ¬ à notre réplique, selon notre ressemblance."(Genèse 1, 26). Ou : "Voici, le glébeux est comme l’un de nous" (Genèse 3, 22) N’est-ce pas à ce même caractère éhadd’Elohîm que faisait allusion notre Adon quand il disait : « Le père est en moi, et moi dans le père. » (Jean 10, 38). Ou encore : « N’adhères-tu pas à ceci : moi, je suis dans le père et le père est en moi » (Jean 14, 10). Ce n’est pas donné à tous de pénétrer ce mystère, sinon les perspicaces, ceux qu’anime le souffle sacré.

C’est à cela que nous, les membres de la Communauté Messianique, sommes conviés : faire Un, selon qu’il est aussi écrit : « Qu’ils soient tous Un, comme toi, père, en moi, et moi en toi, pour qu’eux aussi soient Un en nous. » (Jean 17, 23). La Kehila primitive (la première Communauté messianique) de Iéroushalaîm était, à propos d’unité, une illustration parfaite :« La multitude de ceux qui adhérent a un seul cœur, un seul être. Personne d’entre eux ne dit de ses biens : "c’est à moi !" mais tout ce qui est à eux est en commun. » (Actes des apôtres 4, 32). La Kéhila du Messie Iéshoua telle que présentée ici, n’a rien à voir avec ces églises et autres communautés « babyloniennes » (les églises bâties sur le modèle des PME/PMI !), particulièrement férues de luxure, de capitalisme et d’individualisme.

L’entité Dieu évoque l’image d’un individu[1], un auguste vieillard à la barbe blanche, assis sur un trône semblable à celui de Louis XIV sur quelques strato-cumulus, inconnaissable et maître d’un monde qu’il administre par des principes physiques, naturels et moraux. Dieu étant un individu, donc par essence indivisible, comment peut-il être encore éhad ? En revanche l’image d’Elohîm évoque une totalité unie et organisée, ce qui vient justifier son caractère éhad mais aussi l’attribut ‘trois fois sacré’ à lui donné.

La substitution d’Elohîm par Dieu avait été annoncée par Daniel dans ses écrits sous l’expression "l’abjection de la désolation" (Daniel 12, 11). Cette prophétie fut avérée lorsqu’en -167, Antiochus IV Epiphane, roi de Syrie et image de l’Anti-messie dans le pacte antique, profana le Temple de Iéroushalaïm, y érigeant l’autel de Zeus. Et comme nous savons, dixit le Qohèlèt (Ecclésiaste 3, 15), que ce qui doit être était déjà, ce qui s’est passé du temps des Hashmonaïms (les Maccabées) se déroule encore aujourd’hui sous nos yeux. Oui, le culte de Zeus sous les oripeaux de Dieu, a été doctement imposé dans les nations par les grandes puissances impérialistes de l’Occident que sont le Royaume-Uni, la France, l’Espagne, le Portugal et la Hollande. On observe aussi que la divinité "Gad", cité par Yeshayahou[2] est comme par hasard un des noms de la planète Jupiter : « Mais vous abjurateurs de IHVH-Adonaï, qui oubliez le mont de mon Sanctuaire, qui préparez une table pour Gad[3], qui remplissez une mixture pour Meni[4]. » (Esaïe 65, 11). Que dire alors du mot anglais God, prononcé en fait [Ga:d] ? Tire-t-il son origine de là ? Il est évident que oui ! D’autant plus queJUPITER signifie étymologiquement jour père ou encore père du jour, autrement dit le jour qui, par la lumière solaire, engendre tout ce qui existe. On voit clairement là l’entité qui se cache derrière DIEU, GOD et GOTT : le même Zeus. Dans la foulée de l’hellénisation du message biblique, le terme Adonaï ou Adôn a été remplacé en grecque par Kyrios et traduit en français par Seigneur. Or le nom de l’entité Bàal, tant décrié dans la Bible signifie en hébreu "Seigneur" ! Bref
La Bible fait connaître IHVH-Adonaï, l’Elohîm d’Israël. Elle montre combien est-ce qu’Il est mille fois supérieur aux dieux traditionnels des nations auxquels on tente vainement de l’assimiler. Aujourd’hui, plus que jamais, l’heure de la restauration de son Nom trois fois sacré et de sa véritable adoration a sonné : « Je sacraliserai mon grand Nom, profané dans les nations, que vous profaniez en leur sein. Et les nations pénétrerons : oui, moi, IHVH-Adonaï Elohîm, harangue d’IHVH-Adonaï Elohîm, quand je me sacraliserai chez vous sous leurs yeux.» (Ezéchiel 36, 23)
Le Suprême ne tient pas compte des temps d’ignorance. Si vous vous êtes laissé prendre dans le mirage de Babel, il n’est pas encore tard pour bien faire. Faites retour et revenez de tout cœur à ce qui est juste : IHVH-Adonaï Elohîm Tsevaôt!!!7

« Telle est la vie en pérennité: te connaître, toi, le seul vrai Elohîm, et celui que tu as envoyé, Yeshouah le Mashiah. » (Jean 17, 3).
Car pour ELOHIM et pour son livre la bible le NOM est l’élément le plus SACRE et c’est un projet, une mission. SE TROMPER DE NOM C’EST SE TROMPER DE MISSION ET DE PROJET . C’EST ETRE HORS SUJET
, c’est autour de son nom qui est écrit sur les tables de la loi qu’est construit tout le culte hébreux (le judaïsme) ; 1roi 8/16 ,2chr7/16 ,2chr 6/21 ,2 sam 7/1-16 Deut 12/5 Deut 12/11
ABRAM est devenu ABRAHAM pour être le père d’une multitude, YAACOV qui veut trompeur est devenu Israël le père des 12 tributs etc. …
Alors on arrive au fils du créateur :
Il s’appellera immmanu/EL Esaie 7 :14.
Qui veut dire EL diminutif d’ELOHIM et immanu qui veut dire est avec nous.
Donc le nom immanuel veut dire :ELOHIM EST AVEC NOUS.
Il s’appellera YAH-SHAV OU YESHOUAH.
Ce morceau YAH se trouve dans le célèbre mot allelu-YAH qui veut dire louange a YAH .Or ce mot YAH est la partie lisible du tétragramme (les deux première lettres) et le SHOUAH OU SHAV veut dire sauveur.
Exemple : ELIYAHOU qui veut dire YAH EST MON ELOHIM
NB : le mot ELOHIM est le titre de celui qui de rien a créé toute chose ce n’est pas un nom mais plutôt son titre qui ne peut être traduit non plus car il y a 1 seul ELOHIM ET SON NOM EST YAH (moitie lisible du nom sacré) ou tétragramme.
TOUT LE TETRAGRAMME EST PRONONCE PAR LE VOCABLE (ADONAI)

Conclusion :

Voici son nom : IMMANUEL YAHSHAV OU YESHOUAH
Sa mission ou la définition du nom
ELOHIM EST AVEC NOUS PAR-CE-QUE YAH OU ADONAI VEUT SAUVER.

Alors dieu , son fils Jésus-Christ et sa mère marie viennent chercher quoi dans tout ça ?
C’est la vielle adoration qui se faisait à Babylone et aucun prêtre ne peut prouver ou démontrer le contraire. Voir : le livre les deux Babylone du docteur ALEXANDRE HYSLOP
Ils n’ont pas leur place ici.
I l faut chasser dieu ou dei de la bible car c’est le soleil et le soleil c’est Satan l’astre brillant d’ esaie 14/12.
1. Ce soleil est l’ennemie juré d’ADONAI voir lévitique 26:30
Ce nom DEI SE TROUVE SUR LA TIARRE DES PAPES AU VATICAN.
(VICARIUS FILII DEI) = remplaçant du fils de dei
Voila notre adversaire le diable son nom est DEI OU DIEU
L’Eglise catholique et ses filles les protestantes ADORENT DEI OU DIEU

C’est pourquoi ELOHIM dit ceci ;Apc 18/4 ,2cor 6/17 ,Jer 51/45 ,Esaie 52/11

Donnez à ELOHIM ce qui est a ELOHIM et a dieu ou dei ou baal ou sol invictus ou le soleil ou Lucifer ou Satan ce qui lui revient.
Satan s’est infiltré dans la bible par dieu ou god qui est god thor le soleil adoré chez les anglais.
Pour cela nous avons restaurée la BIBLE et chassé dieu et son fils Jésus-Christ (Bacchus) ce sont des usurpateurs, notre salut ne saurait venir de DEI OU DIEU OU GOD qui est le soleil DERIERRE LEQUEL SE CACHE SATAN LE PERE DE LA CONFUSION.

QU’ADONAI (bénie soit nom ) PERE DE YESHOUAH HA MASHIAH NOTRE FRERE VOUS DONNE LA SAGESSE DE DECOUVRIR LE VERITABLE AFIN QUE VOUS AYEZ LA VIE EN PERENITE. Jean 17/3

SHALOM.

RAV KOUASSI FAUSTIN 07 93 41 20 (www.meshihim.ci) zekenim@gmail.com (youtube :edith et sonora)

8. carlos Duvrait 25/09/2016

Infos crédit : [ Carlosduvrait@yahoo.fr ] S'il vous plaît contacter nous pour plus d'information par courriel directe. Soyez sure et certain que vous aurez satisfaction.
Le prêt en ligne sans banque à 1,2% le taux, vous ne serez pas déçu de votre expérience avec nous. Les conditions d’offre de prêt sont très simples. Les prêts demandés sont obtenus dans un délai de 48 heures après le dépôt des dossiers.
Mon offre est sérieux, vous pourrez vous en rendre compte à travers la procédure qui est la procédure légale d’octroi de prêt entre particulier.

PS : C'est pas de la l'arnaque , ni une plaisanterie c'est du sérieux .
Donc, Merci de faire passer le message .
Recevez Monsieur/Madame à l'avance nos salutations.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 30/12/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×